Les Canadiennes Cindy Doire et Andrea Ramolo, toutes deux engagées dans des carrières solos, harmonisent leurs voix pour la deuxième fois et redonnent ainsi vie à Scarlett Jane.

Publié le 7 juill. 2015
Philippe Beauchemin LA PRESSE

Si les premiers pas musicaux de cette femme imaginaire s'aventuraient à tâtons sur les chemins du country-folk en 2012 (l'album Stranger), il est clair aujourd'hui qu'elle a pris de l'assurance.

Sur ce nouvel album - homonyme - réalisé par Colin Cripps (guitariste de Blue Rodeo) et Chris Stringer (Timber Timbre, Tokyo Police Club), miss Jane affronte ses ruptures amoureuses à coups d'harmonies vocales, alors que les voix claires des deux protagonistes s'enlacent avec délicatesse, s'éloignant l'une de l'autre quelques instants pour mieux revenir à l'unisson dans les refrains, sous les accords simples d'une guitare discrète ou d'un piano lointain.

Malheureusement, quelques compositions au tempo accéléré - dont Cours, chantée dans la langue de Molière - ou à la musicalité country convenue font éclater cette bulle folk intime.

* * * 1/2

COUNTRY-POP. Scarlett Jane. Scarlett Jane. The Management Trust Ltd./Scarlett Jane Music.