Le sixième album de la formation Hot Chip, championne anglaise de la synthpop et de l'indietronica, porte les vertus rafraîchissantes du divertissement, mais aussi de la pop intelligente.

Mis à jour le 26 mai 2015
Alain Brunet LA PRESSE

Sans prétendre à quoi que ce soit, ce groupe chapeauté par le chanteur et parolier Alexis Taylor arrive encore à infiltrer du sens (ou du non-sens comme le suggère l'album et l'époque dans laquelle il s'inscrit) à ses mélodies pop.

Malgré sa propension à l'électro, la facture Hot Chip reste sensuelle et organique, mâtinée de soul, R&B, house, disco ou hip hop. L'humanité y rejaillit dans tous les sédiments de claviers, motifs guitaristiques et sons de synthèse au programme.

La proposition vocale du soliste et de ses acolytes reste généralement douce, aérienne, habitée, pendant que les chrorus, ponts et riffs s'impriment dans le cerveau et que les vers se tortillent dans les oreilles. Ainsi, la facture Hot Chip reste pertinente pour un nouveau cycle qui s'amorce.

À écouter: Love is the Future

* * * 1/2

INDIETRONICA. Hot Chip, Why Make Sense?, Domino Records.