Si le Volume 1 pouvait laisser croire à une incartade, la sortie de ce nouveau volet country confirme qu'Éric Goulet assume pleinement le genre.

Publié le 25 mai 2014
PHILIPPE BEAUCHEMIN LA PRESSE

Guitare - sèche ou glissante -, violon et harmonica mènent le tempo, alors que l'ex-Chien ouvre son coeur de cowboy, en livrant ses histoires sentimentales et ses déceptions amoureuses. « Quand j'arriverai au bout du chemin, quand j'aurai franchi le dernier méridien, peu m'importera ce que j'ai accompli si celle que j'aime n'est pas près de mon lit », chante-t-il sur la ballade de fin de soirée Me tiendras-tu la main.

Outre huit compositions originales dignes de la famille Daraîche, l'auteur-compositeur reprend Lucille, popularisée par Tex Lecor, et pige dans ses anciens projets, chez Possession Simple (Comme un cave) comme chez Monsieur Mono (La dernière chanson). Un album qui plaira assurément à ceux qui fréquentent les festivals country au Québec.

À écouter: Le trou de ma guitare

COUNTRY

Éric Goulet

Volume 2

L-A be

***