Young The Giant : manque de personnalité **1/2

Sur le baromètre de l'indie-rock, le groupe californien Young the Giant tend plus vers la pop que vers le champ gauche.

Pas autant qu'Imagine Dragons et The Lumineers, mais assez pour franchir les ondes des radios commerciales. Son premier album lui a permis de se produire à Montréal trois fois en un an. Il faut dire que c'est la ville natale de son batteur, François Comtois. La tangente indie-pop du groupe se poursuit sur Mind Over Matter, notamment à cause du réalisateur Justin Meldal Johnsen, qui a travaillé avec Paramore et Tegan & Sara.

Sur papier, c'est un album réussi : rythmes urgents, ballades senties, mélodies efficaces et arrangements de qualité. Mais dans nos oreilles, ça manque nettement de saveur, même si on s'est servi de Kings of Leon et Band of Horses comme ingrédients. Sur scène, ce sera sans doute une autre histoire. Young the Giant se produit au Métropolis, rien de moins, le 6 mars.

À écouter : Daydreamer

POP/ ROCK

Young the Giant

Mind Over Matter

Fueled By Ramen/Warner

**1/2




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer