Les vétérans alt-metal américain Deftones reviennent en force avec ce septième album, Koi No Yokan, le second sans le bassiste original Chi Cheng, très gravement blessé lors d'un accident d'auto il y a quatre ans.

Publié le 12 nov. 2012
Philippe Renaud, collaboration spéciale LA PRESSE

Les ingrédients essentiels du son Deftones sont intacts. D'abord, la voix stridente et douloureuse de Chino Moreno, ici au sommet de son art, poussée par l'urgence d'une Leathers ou encore Gauze, mais aussi très à l'aise dans une formule plus posée, comme sur la ballade Entombed ou la chanson en deux temps Tempest.

Ensuite, les guitares menaçantes de Stephen Carpenter, maître du riff en mode mineur et des accords poisseux qui soulignent à grands traits la mélancolie des chansons de ce Koi No Yokan, sans doute le plus substanciel disque du quintette de Sacramento depuis White Pony. Malgré quelques chansons plus faibles, le CD exulte l'assurance d'une sophistication retrouvée, sur le plan des arrangements et de la composition. Solide.

À télécharger: Leathers

______________________________________________________________________________________________

ROCK. Deftones. Koi No Yokan. Reprise.