Adapter des musiques de films archi-connues pour un ensemble à cordes, voilà qui diffère de la démarche de La Pietà d'Angèle Dubeau ces dernières années.

Publié le 25 févr. 2012
Alain Brunet LA PRESSE

Depuis les années 90, les musiques de films jouissent d'une attention accrue pour ce qu'elles sont. Il se trouve des milliers et des milliers d'amateurs pour qui elles constituent l'un des corpus préférés. Il va sans dire que, la violoniste Angèle Dubeau et son équipe sont conscients du phénomène. Ainsi, Nino Rota, John Williams, John Barry, Ennio Morricone ou Harold Arlen font bon ménage avec Howard Shore, Alberto Iglesias et autres Joe Hisaishi. Après John Adams, Arvo Pärt et Philip Glass, cet exercice populaire de La Pietà peut produire chez les férus de ces musiques l'effet d'un anticlimax.

Nous voilà sur le territoire du néo-classicisme hollywoodien à l'intérieur duquel s'immiscent parfois d'excellents compositeurs, il faut le reconnaître. Parmi ces grands airs ayant marqué l'imaginaire de la pop culture, certains furent brillants, d'autres tout simplement efficaces pour la fonction qu'ils avaient à remplir. Ainsi, leur transposition pour ensemble à cordes mène plus ou moins au même constat...

À télécharger: Over the Rainbow

MUSIQUE DE FILM

Angèle

Dubeau

&La Pietà

Silence,

on joue!

***

Analekta