Gilles Vigneault et ses invités québécois et européens n'essaient pas de surprendre juste pour le plaisir de la chose, mais il y a dans ce disque de duos une variété de tons, de registres et de manières qui, miraculeusement, font un tout.

Alain de Repentigny LA PRESSE

Bien sûr, c'est du Vigneault, mais l'artiste et son directeur musical Bruno Fecteau s'immiscent dans l'univers de leurs invités avec une discrétion qui les honore. Guy Béart et Julos Beaucarne les entraînent dans la chanson française bellement datée, Loco Locass mêle le trad et le hip-hop, Aznavour fait du Aznavour et Madame Adrienne va comme un gant à Lynda Lemay. Ferland est égal à lui-même, à la fois country et cabotin, Louise Forestier est magnifique de retenue et de sensibilité, et l'intense duo Desjardins-Vigneault vaut à lui seul le prix du disque. Vigneault s'ajuste au ton de ses complices, se faisant moins exubérant dans La danse à Saint-Dilon de Catherine Major, moins théâtral dans le Jack Monoloy de Florent Vollant et accompagnant Nana Mouskouri dans sa vulnérabilité. Ça se termine en beauté avec Les gens de mon pays, sorte de courtepointe à laquelle participent tous les invités. Ce disque n'est pas parfait, mais il est vrai et profondément humain.

Extrait: Pendant que

CHANSON

GILLES VIGNEAULT

Retrouvailles

***1/2

Tandem.mu/Sélect