Marocaine transplantée à Paris, s'exprimant surtout en anglais (avec un accent joli), mais aussi parfois en langue berbère, Hindi Zahra s'annonce une jeune femme d'aujourd'hui : électrique, libre, mondiale.

Alain Brunet LA PRESSE

De sa musique, on peut sentir les effluves discrets de sa culture d'origine, lointaines fragrances gnawis, touaregs, sahariennes, métis d'Afrique septentrionale.

Pour qui ne connaît pas très bien ces cultures, c'est la pop de création qui l'emportera. Clairement. La soul acoustique, les fines herbes hip hop, l'attitude folk, l'attitude rock, le sens du refrain accrocheur, le sens mélodique, le grain de voix identifiable dès les premières mesures. C'est tout simple de A à Z, mais c'est fait avec goût et ça vous accroche direct comme un premier album de Yaël Naim, Feist, Lhasa, India Arie ou Madeleine Peyroux.

Un peu trop porté sur la formule nouveau genre destinée aux adultes-éduqués-et-frayant-à-gauche-de-la-bande-FM, ce Hand Made ne se révèle vraiment singulier que lorsque les éléments maghrébins et orientaux et la langue étrangère sont mis de l'avant. Voilà l'occasion de surfer sur l'effet tout nouveau tout beau. Après? On verra bien.

EXTRAIT : Oursoul

POP-WORLD

Hindi Zahra

Hand Made

***1/2

Blue Note / EMI