Quiconque a déjà vu Lil'Wayne en concert pouvait anticiper l'échec de son premier album rock. Arrivait toujours ce moment inutile où on passait une guitare électrique au cou du rappeur comme s'il s'agissait d'une vulgaire chaîne bling-bling. Weezy mimait quelques accords avant de s'en débarrasser au bout de deux chansons.

Philippe Renaud LA PRESSE

Du rock pour le look. On comprend Universal d'avoir jonglé avec la date de parution de ce disque comme s'il s'agissait d'une « patate chaude ». The Rebirth est le premier mauvais album du rappeur. Des textes navrants et pas inspirés (au contraire de ceux de Tha Carter III), des musiques hard-rock poisseuses et pesantes qui rappellent à notre triste mémoire l'héritage rap-métal de Limp Bizkit et consorts.

Wayne réchappe presque son disque du naufrage grâce à une ou deux pièces rock plus dégourdies (Get a Life, Knockout) que ces autres lamentations hard-rock, ou lorsque la balance penche davantage du côté hip hop, sur On Fire ou Drop the World (avec Eminem). Enfin, The Rebirth nous donne une grande leçon de musique : l'autotune n'est pas soluble dans la guitare électrique.

EXTRAIT : Get a Life

ROCK

LIL'WAYNE

The Rebirth

**

Young Money

Records / Universal