Le musicien et leader communautaire Don Harley Fils-Aimé, alias Don Karnage, s’est éteint mardi, a confirmé mercredi l’organisme qu’il dirigeait depuis 2013, Culture X.

Publié le 12 janvier
Charles-Éric Blais-Poulin
Charles-Éric Blais-Poulin La Presse

Le rappeur, qui s’est notamment fait connaître avec le clip Don One sur les ondes de Musique Plus, a laissé une marque indélébile dans Montréal-Nord. Culture X offrait des cours gratuits de musique, de chant et d’écriture.

Visionnez le clip Don One

« Pour ceux et celles qui ont eu le bonheur de le rencontrer, il était un professeur, un ami, un mentor, un coach, un entrepreneur, un motivateur, un artiste, une vedette, un philosophe, un communicateur hors pair, un musicien, un comédien, un producteur, un être généreux, aimé de tous », énumère l’organisme sur sa page Facebook.

Christine Black, mairesse de l’arrondissement de Montréal-Nord, s’est dite profondément attristée par la perte d’un « pilier » dans un début d’année déjà difficile. « Il aura inspiré et accompagné un nombre important de jeunes nord-montréalais, a-t-elle écrit sur Twitter. Son départ affecte toute notre communauté. Engagé, passionné et surtout amoureux de Montréal-Nord, je tiens à le remercier pour tout ce qu’il a fait. »

Le ministre de l’Éducation du Québec, Jean-François Roberge, a quant à lui salué dans un tweet la « contribution exceptionnelle de Don Harley Fils-Aimé, alias Don Karnage, qui a inspiré tant de jeunes par ses cours et son art. »

« Nous venons de perdre un géant, un monument pour notre communauté et un ami que je connaissais depuis ma jeunesse qui est toujours une inspiration pour moi », a écrit sur Facebook le documentariste et travailleur communautaire Will Prosper.

La militante autochtone et chroniqueuse Maïtée Sanagash a interpellé sur Twitter la mairesse de Montréal, Valérie Plante, pour que l’héritage de Don Harley Fils-Aimé soit souligné de manière pérenne. « J’espère que la ville fera son devoir de mémoire et honorera le legs de Don Karnage. On veut que son histoire soit visible et concrète dans le paysage urbain de Montréal. »

Selon le site HHQC, Don Harley Fils-Aimé aurait succombé à un cancer. Il laisse notamment dans le deuil son épouse et ses trois enfants.