Le feu du rock a beau couver depuis plusieurs années, il reste qu’il produit encore de belles étincelles. En fait, il semble vouloir crépiter de plus en plus grâce à de jeunes pousses qui carburent aux guitares bien grasses. Une semaine après Greta Van Fleet, c’est au tour de Dirty Honey d’arriver avec un disque rempli de riffs qui tuent.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

La recette Dirty Honey est testée et éprouvée : de gros accords en puissance, des riffs accrocheurs, une basse groovy à souhait et une batterie tonitruante dominée par une cymbale charleston (hi-hat) toujours bien ouverte. Les jeunots s’inspirent de Mötley Crüe, d’Aerosmith, de Guns N’ Roses et des Black Crowes, et ils ne s’en cachent pas. Les cyniques peuvent passer leur chemin.

0:00
 
0:00
 

Évidemment, on a beau lire la recette, il faut de bons ingrédients et une maîtrise de ses instruments. C’est à ce chapitre que les gars de Dirty Honey se distinguent. Marc LaBelle pousse la note avec puissance et justesse, avec plein de soul en prime, alors que le plectre du guitariste John Notto semble possédé tellement il enchaîne les mélodies survoltées d’une chanson à l’autre. Il ne faudrait toutefois pas passer sous silence le travail du bassiste Justin Smolian, qui apporte lui aussi du carburant à cette machine à riffs bien huilée. L’album a beau être très court – un peu moins de 30 minutes –, ça importe peu, car il y a de bonnes chances qu’on l’écoute en boucle.

Étrangement, le groupe est encore à ce jour complètement indépendant, même s’il a été recruté au sein de l’écurie de Red Light Management, la plus importante agence indépendante au monde. Cela dit, Dirty Honey semble très bien s’accommoder de sa liberté ; When I’m Gone, premier extrait de son minialbum lancé il y a deux ans, s’était hissé en tête du palmarès rock de Billboard, faisant du groupe californien le premier artiste indépendant à réussir l’exploit. Les nouvelles chansons devraient lui permettre de récidiver.

IMAGE TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DU GROUPE

Pochette de l’album Dirty Honey, de Dirty Honey

Rock
Dirty Honey
Dirty Honey
Dirty Records
★★★★