Abonnée des palmarès radio dans les années 80 et 90, l’autrice-compositrice-interprète Francine Raymond sera intronisée dimanche au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en compagnie de son guitariste et complice Christian Péloquin.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

Forte de pas moins de huit numéros un consécutifs, 18 Prix SOCAN, 14 nominations au gala de l’ADISQ dont une rare victoire pour une artiste féminine dans la catégorie du Félix de l’auteure-compositrice-interprète de l’année, Francine Raymond a rayonné sur les ondes notamment avec des succès comme Y’a les mots, récipiendaire d’un Octave d’or de la Francophonie internationale attribué par RFI.

Avec cinq albums salués par la critique, Francine Raymond a réussi à faire l’unanimité grâce à un folk rock toujours bien ficelé, en partie grâce au travail de Christian Péloquin, musicien autodidacte actif depuis 1971 qui a fait sa marque comme réalisateur, arrangeur, chef d’orchestre, directeur musical, compositeur et interprète.

« C’est une riche aventure musicale qui nous amena très vite vers des collaborations élargies, dans le partage, qui au fil de toutes ces années, nous ont mutuellement transformés à force de se dépasser, explique dans un communiqué Francine Raymond à propos de sa rencontre avec son complice Péloquin en 1977. Ce fut indéniablement le tremplin pour toute une vie. Une fusion instantanée et éternelle à fois. »

L’intronisation de Francine Raymond et de Christian Péloquin au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens sera soulignée dimanche pendant le grand variétés de Star Académie, sur TVA.