La capacité d’allier originalité, pertinence et qualité dans une œuvre musicale n’est pas donnée à tout le monde. La Montréalaise d’adoption Tika propose aujourd’hui Anywhere But Here, album qui fait exactement cela. Le R&B et la soul y adoptent une modernité excentrique, et la chanteuse y aborde sa réalité de femme queer noire en s’affirmant avec force.

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

Tout débute avec du R&B inspiré des années 1990, sur Soothing Love, pièce de résistance d’un opus qui reprendra de temps en temps ces tons d’une autre époque et s’en ira parfois complètement ailleurs. Anywhere But Here est le témoin d’une exploration de sonorités aboutie, où la nostalgie côtoie le contemporain. Les synthétiseurs sont souvent de la partie, mais laissent parfois toute la place à des éléments plus organiques, sans que l’ensemble perde en cohérence.

0:00
 
0:00
 

Sur Unless UR Mine, alliance entre la soul et l’électro, un lumineux solo de saxophone vient carrément s’imbriquer dans les rythmes d’une techno empruntée aux années 1980. Tika s’adresse ici à une personne qui ne se permet pas de l’aimer comme elle le souhaiterait, qui prétend qu’il ne s’agit que d’amitié.

Anywhere But Here est une longue chanson d’amour, mais souvent d’amour inatteignable.

« Je ne suis pas une femme, je ne suis pas un homme, je suis quelque chose que vous ne comprendrez jamais », chante également la Torontoise d’origine sur I Would Die 4 U, annonçant ici ses couleurs, plus clairement que jamais.

IMAGE FOURNIE PAR L’ARTISTE

Anywhere But Here, de Tika

Celle qui a été le visage de campagnes de Sephora pour que « les petites filles noires rondes puissent se voir » est une artiste dont la voix résonne depuis longtemps pour les causes qui lui sont chères. Femme queer et noire, elle montre à travers ce premier album qu’elle a autant droit à l’amour (et à ses peines) que n’importe qui d’autre.

Walking Disaster, avec l’artiste torontois Desiire, est la seule pièce où Tika se permet de faire résonner un cri que l’on aurait voulu entendre un peu plus souvent tout au long de l’album. La voix de la musicienne est puissante, mais sa force réside aussi dans toute sa douceur brute, rauque, qu’elle explore dans la majorité des 10 chansons de cet album.

Tika a déjà fait la première partie de pointures comme John Legend et Nao, faisant de plus en plus sa marque en tant que figure à surveiller de très près dans le milieu de la soul et du R&B canadiens. Ce premier album est un autre très grand pas dans la bonne direction.

★★★½

R&B
Anywhere But Here
Tika
Next Door Records