Il y a des artistes qui creusent le même sillon toute leur vie, peaufinent leur art en demeurant dans un sentier qu’ils balisent très tôt. Tamara Lindeman, autrice-compositrice-interprète derrière le nom The Weather Station, fait le contraire : elle se déploie. Ignorance, son plus récent disque, n’a rien à voir avec le folk qu’elle proposait à ses débuts sur All of It Was Mine.

Alexandre Vigneault Alexandre Vigneault
La Presse

Il y a d’abord une grande sensibilité pop dans ces 10 chansons touffues. Elles sont animées d’une envie de plaire, d’une pulsion de vie dans les rythmes de la batterie, toujours subtile, ou dans cette basse volontaire, mais d’une certaine discrétion. Dans les mélodies, aussi, soyeuses, généreuses, et dans ce chant qui, par moments, fait penser à Joni Mitchell.

0:00
 
0:00
 

The Weather Station fait de la pop sophistiquée, mais sans la prétention ni l’esbroufe que sous-entend parfois ce qualificatif. Ignorance, coréalisé par le Montréalais Marcus Paquin, est gavé d’arrangements riches. C’est souvent chargé sans jamais être lourd, parfois plus indie et parfois presque jazz (Robber, la fantastique chanson qui ouvre le disque).

Tout ici est d’une grandiose délicatesse (Trust, notamment), sans aucune mièvrerie. Et c’est aussi dans cette intelligence du sentiment qu’elle évoque Joni Mitchell. Ignorance est une œuvre fuyante et franche à la fois, un disque impressionnant réalisé par une artiste en pleine possession de ses moyens.

IMAGE FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Ignorance

★★★★

Pop. Ignorance. The Weather Station. Fat Possom Records.