La boucle est bouclée : alors que le déconfinement s’amorce en France, la chanteuse Émilie Simon clôt un cycle amorcé au début de la crise de la COVID-19.

Alexandre Vigneault Alexandre Vigneault
La Presse

Elle avait d’abord livré En attendant l’aurore, où elle se demandait déjà quand l’horizon s’ouvrirait de nouveau sur des jours meilleurs, mais différents. Elle a ensuite déposé Mars On Earth, en anglais, qui s’appuie sur une guitare acoustique avant de virer vers l’électro.

Son cycle de confinement s’est terminé cette semaine avec la publication d’Un nouveau monde, chanson qu’elle voulait optimiste devant les changements à venir. La crise de la COVID-19 a une résonance particulière pour l’artiste française, qui a perdu son compagnon en 2009 de complications liées à la grippe H1N1…

« Il y a une grosse résonance avec cette époque-là », a-t-elle confié au magazine Les Inrocks. Son projet de déconfinement ? « Aller me promener et voir les gens que j’aime. »