Il s’est fait connaître au sein de The Seasons avec son frère Hubert (Lenoir). Il a aussi fondé le groupe Forest Boys. Julien Chiasson prend maintenant son envol en solo sous le nom de Julyan avec un EP de cinq chansons. Premier constat : son rock se faufile toujours aussi merveilleusement dans la pop.

Émilie Côté Émilie Côté
La Presse

« Comme auteur-compositeur, j’avais besoin d’être tout seul, lance Julyan. D’être au front avec des chansons plus intimes. »

Julyan, c’est Julien Chiasson, le frère aîné d’Hubert Chiasson, avec qui il a fondé The Seasons, ce quatuor de Québec qui a connu beaucoup de succès des deux côtés de l’Atlantique avec une musique pop sixties, au point de faire la première partie de Louise Attaque en France.

> Lisez notre article sur The Seasons publié en 2014

Depuis, son frère cadet a lancé un album solo avec le succès que l’on sait. Et pendant qu’Hubert Lenoir brûlait les planches, Julien Chiasson s’éclatait dans la soul et le funk avec le groupe Forest Boys.

La transition n’a pas été facile, convient Julien Chiasson, mais le changement était nécessaire. 

Nous étions jeunes et l’industrie de la musique est une jungle. Mais aujourd’hui, mon objectif demeure le même : faire de la musique.

Julyan

Fort heureusement, les frères Chiasson sont toujours très proches. Et « le flow créatif » de Julien Chiasson ne s’est jamais tari. « J’écris tout le temps », dit-il.

Julien et Hubert Chiasson ont d’ailleurs collaboré depuis ; ils ont notamment coécrit avec Pierre Lapointe la pièce-titre du plus récent album de ce dernier, Pour déjouer l’ennui. « Cela m’a vraiment donné confiance en moi de travailler avec Pierre », souligne Julien Chiasson.

Reste que la sortie de son premier EP est le fruit « d’un travail de longue haleine ». 

C’est toujours épeurant de sortir de la musique. Ce l’est dans un groupe et ce l’est encore plus en solo. Mais c’est un défi que j’avais hâte de relever.

Julyan

« Les dernières années ont été plus sombres, confie-t-il. J’ai eu beaucoup de doutes. »

Puis le moment est venu où il avait enfin « les chansons qu’il fallait » et le sentiment de pouvoir faire cavalier seul. Résultat : le mini-album de cinq chansons sorti vendredi.

Julien Chiasson est donc devenu Julyan. « J’écris toujours dans le contexte où je suis et dans un groupe, tu veux que tout le monde se rattache un peu à ce que tu écris, explique-t-il. Cela fait du bien d’habiter pleinement mes chansons. »

Jesse Mac Cormack à la réalisation

C’est l’hiver dernier que Julyan a enregistré son EP en coréalisation avec Jesse Mac Cormack. Et tout s’est déroulé « comme sur des roulettes », dit-il.

Les deux hommes s’étaient déjà croisés, sans plus, avant de travailler ensemble. Or, ils n’ont jamais eu à s’expliquer longuement pour que les chansons du EP deviennent des pièces pop et rock attelées sur des mélodies prenantes. « Nous avions la même vision. »

Sur l’album, Julyan voulait jouer de tous les instruments sauf la batterie (« composer » avec ses « limites techniques », explique-t-il).

C’était manifeste avec The Seasons, mais l’auteur-compositeur-interprète maîtrise toujours les codes de la pop avec un naturel désarmant. Les arrangements sixties et seventies de son premier EP exaltent sa plume catchy.

Julyan se dit particulièrement fier des harmonies de la chanson Bone (presque à la Yes) et du texte « droit au but » qui décrit « le cri du cœur » engendré par un dilemme.

Quant à l’extrait Rebel Now Now, c’est LA chanson qui a fait naître Julyan. 

Je vais toujours avoir un attachement particulier… C’est un tremplin émotif pour moi. C’est un hommage aux gens qui font les choses différemment. Depuis l’école secondaire, je sens que je détonne un peu…

Julyan

Voilà qui n’est pas sans rappeler le thème d’un certain tube appelé Fille de personne

0:00
 
0:00
 

Solitaire de nature

Julyan vit avec sa blonde qui a deux enfants dans le quartier de Charlesbourg, à Québec.

Le confinement ne le déstabilise pas trop. « Je suis solitaire et plutôt introverti de nature, donc ça va. »

Seule frustration : reporter les spectacles prévus cet été avec son groupe composé de trois musiciennes (San James, Marie-Claudel Chénard et Laurie Torres).

Lors du lancement virtuel, vendredi, Julyan et son groupe ont néanmoins dévoilé cette excellente prestation visuelle de la chanson Bone.

« C’était impensable de retarder la sortie du EP, dit-il. Je suis quelqu’un qui écoute beaucoup son cœur et son instinct. J’aime que ma musique soit en phase avec où je suis rendu. »

« La musique aide les gens à traverser la pandémie, ajoute-t-il. Si je peux contribuer à cela, c’est une belle fierté. »

IMAGE TIRÉE DE L’INTERNET

Pochette de l’album Julyan, de Julyan

POP, Julyan, Julyan, Autoproduit. Dès maintenant.