L’artiste Yves Tumor se met à l’avant-scène de façon triomphale dans son nouvel album Heaven to a Tortured Mind. Confiant, le personnage créé par Sean Bowie se sert du laboratoire électro exploité dans ses albums précédents pour tisser une irrésistible et déstabilisante toile funk.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

L’album lancé il y a quelques semaines permet aussi de mettre en lumière le talent de multi-instrumentiste d’Yves Tumor. Enregistré principalement avec des instruments analogiques — une première pour l’artiste américain installé en Italie —, le disque s’articule autour de guitares grésillantes, mais bien davantage autour de lignes de basses enivrantes et franchement funk. On ne s’étonne pas d’apprendre que c’est sur la quatre-cordes qu’Yves Tumor a réalisé son éveil musical. Moins progressif que Hiatus Kaiyote, sans les accents hip-hop d’Anderson.Paak, Yves Tumor ajoute quelques touches acid-jazz à des textures tantôt psychédéliques, tantôt alternos, comme si Lenny Kravitz avait décidé de se mettre à jour en expérimentant.

Le disque commence en force avec Gospel for a New Century et Medicine Burn, qui, en alternant entre couplets groovy et refrains tendus et distordus, illustrent à merveille le mélange de genres inédit proposé par Yves Tumor. L’artiste enchaîne ensuite avec Identity Trade, la plus expérimentale de toutes, avec des harmonies dissonantes et une finale abrupte qui nous laisse à court de souffle.

0:00
 
0:00
 

PHOTO FOURNIE PAR WARP RECORDS

Heaven to a Tortured Mind est le quatrième album de l’artiste Yves Tumor.

Ballade soul-rock planante, Kerosene ! est quant à elle un indice qui pourrait permettre de penser que la bête Yves Tumor est prête à être apprivoisée, comme Prince l’a été autrefois — la comparaison n’est pas fortuite. Super Stars est un autre titre très rhythm and blues qui se laisse approcher sans danger, mais attention : les trois pièces suivantes, des morceaux alternatifs aux textures électros touffues, sont là pour nous rappeler à l’ordre, celui établi habilement par un artiste inclassable qui a réussi l’exploit de marier soul psychédélique, indie rock et électro. Chapeau.

★★★★

Neo soul. Heaven to a Tortured Mind. Yves Tumor. Warp Records.