Lancés sans préavis, et gratuitement, sur le site internet du groupe, les deux nouveaux albums de Nine Inch Nails sont l’accompagnement méditatif idéal en temps de crise.

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

Trent Reznor et Atticus Ross ont fait paraître l’album double en réaction à la pandémie et transcrivent ainsi en musique des émotions universelles. L’empreinte de la réflexion de Reznor et Ross face à cette période trouble vient parfaitement illustrer l’état d’esprit général : la sensation de panique (Ghosts VI), mais aussi l’espoir (Ghosts V). 

Ghosts V et VI, présentés comme des suites à l’album de 2008 Ghosts I-IV, suivent la voie tracée par celui qui a été nommé aux prix Grammy : tout instrumental, sorte de trame sonore que l’on pourrait autant apprécier dans son salon qu’en bande-son d’un film. 

> Extrait de Together

0:00
 
0:00
 

La sonorité atmosphérique est familière par rapport au travail précédent du groupe américain et ne perd pas de son efficacité. Ghosts V : Together, qui dure 1 h 10 min pour huit chansons seulement, se conclut dans une ambiance électro-apocalyptique, avec Still Right Here. Une fin abrupte à un disque doux. 

Si vous pensiez vous mettre « sérieusement » à la méditation durant le confinement, Ghosts V se révèle un parfait outil pour les séances de relaxation. Quoique répétitif, il apaise, et son but avoué est d’illustrer la lumière, les temps où la pensée positive prime. 

IMAGE FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Ghosts V et Ghosts VI, de Nine Inch Nails

Or, Ghosts VI : Locusts nous fait ensuite tomber dans la partie obscure de l’album double. Dès la première pièce, The Cursed Clock, on peut sentir l’intention de nous faire ressentir la crainte, grâce à une pesante sensation du temps qui s’écoule avant le drame. Les locustes sont des criquets, du genre que l’on imagine bien noircir le ciel par milliers pendant l’apocalypse. Long de près de 1 h 30 min, Ghosts VI n’est pas pour ceux qui angoissent déjà. 

Cet album double ne représente peut-être pas 2 h 30 min d’allégresse instrumentale, mais c’est sans contredit un bon moment d’excellente musique.

★★★½

Ambient. Ghosts V et VI, de Nine Inch Nails, The Null Corporation.