(La Nouvelle-Orléans) Ellis Marsalis fils, pianiste de jazz, professeur et patriarche d’un clan musical de La Nouvelle-Orléans, est décédé après avoir lutté contre une pneumonie provoquée par le nouveau coronavirus, a annoncé mercredi un de ses six fils. Il avait 85 ans.

Associated Press

« La pneumonie a été la véritable cause de sa mort. Mais c’est une pneumonie provoquée par la COVID-19 », a confirmé Ellis Marsalis III dans une entrevue téléphonique avec l’Associated Press.

Il a ajouté qu’il était parti de Baltimore, dimanche, pour être avec son père alors qu’il était hospitalisé en Louisiane, un État durement touché par l’épidémie. D’autres membres de la famille ont également passé du temps avec lui.

Quatre des six fils du patriarche sont des musiciens : Wynton, trompettiste, est le porte-parole du jazz américain le plus éminent en tant que directeur artistique du jazz au Lincoln Center de New York. Branford, saxophoniste, a dirigé le groupe du Tonight Show et a fait une tournée avec Sting. Delfeayo, tromboniste, est un producteur et musicien de premier plan. Et Jason, un percussionniste, s’est fait un nom avec son propre groupe et en tant qu’accompagnateur. Ellis III, qui a décidé que la musique n’était pas pour lui, est photographe-poète à Baltimore.

Dans un communiqué, la mairesse de La Nouvelle-Orléans LaToya Cantrell a déclaré à propos de l’homme qui a continué à se produire régulièrement jusqu’en décembre : « Ellis Marsalis était une légende. Il était l’exemple de ce que nous voulons dire lorsque nous parlons du jazz de La Nouvelle-Orléans. Il était un enseignant, un père et une icône — et les mots ne suffisent pas pour décrire l’art, la joie et l’émerveillement qu’il a montrés au monde. »