Après cinq ans et 180 000 exemplaires vendus de ses deux premiers albums, le très populaire duo 2Frères a lancé jeudi soir son troisième disque, À tous les vents, tout en amorçant déjà sa nouvelle tournée. Portrait d’une soirée pleine de sincérité, en coulisse et sur scène.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

La pression

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, COLLABORATION SPÉCIALE

Érik Caouette, dans les loges, quelques minutes avant de monter sur scène

Vers 17 h jeudi, à la salle L’Étoile du Quartier DIX30 de Brossard. Érik et Sonny Caouette, qui viennent de répéter pendant l’après-midi leur nouveau spectacle pratiquement au complet, se préparent à faire une prestation d’une vingtaine de minutes pour le lancement officiel de leur nouvel album à 18 h devant amis, famille et fans, puis à remonter sur scène à 20 h pour « casser » leur nouveau spectacle. « On s’est dit : “On va faire d’une pierre deux coups parce que notre horaire est déjà chargé”, mais ça fait une extragrosse journée, par contre ! », nous raconte Sonny en signant des affiches dans les loges. Son grand frère Érik ne cache d’ailleurs pas son stress — il le voudrait qu’il en serait incapable, on le voit dans ses gestes nerveux et ses réactions tendues face à un élastique récalcitrant ou à une chemise un peu froissée. « D’habitude, je ne suis pas nerveux, mais les soirs de première, c’est autre chose… »

La route

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, COLLABORATION SPÉCIALE

Sonny Caouette

Le duo originaire de Chapais, dans le Nord-du-Québec, est sur la route littéralement sans arrêt depuis le lancement de son premier album, Nous autres, il y a cinq ans. Il amorçait d’ailleurs jeudi sa troisième tournée… alors que la deuxième n’est pas encore terminée ! « Le dernier spectacle sera le 29 février, mais c’est parce qu’on a dû le reporter, il aurait dû avoir lieu vers la mi-janvier », explique Érik. Sans parler de la tournée acoustique, qui, elle, se déroule à l’année. « On s’assure de pouvoir la faire tout le temps, même entre deux tournées. Même si, jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’entre-deux-tournées ! », lance Sonny. À tous les vents a donc été créé pendant qu’Érik et Sonny étaient sur la route. Pourquoi aller si vite ? « On bat le fer pendant qu’il est chaud, et on est encore capables. On n’est pas à l’article de la mort ! », répond Érik. Sonny opine. « On est fiers de l’album qu’on lance et on n’est pas à plaindre. En plus, avec les années difficiles en musique, s’effacer quelque temps n’est pas idéal. »

Duo de cousines

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, COLLABORATION SPÉCIALE

Les filles de Sonny et d'Érik Caouette s'amusent à chanter dans les loges.

Il y a de l’action dans les loges avant le lancement. Pendant que les gars s’habillent, leurs deux filles de 8 ans chantent Léo Gagné en boucle avec beaucoup de cœur, sous le regard amusé de leur grand-père Guy, qui a lui-même eu un band pendant sa jeunesse. « Je leur ai appris les bases de la guitare. Mais Sonny avait 11 ans qu’il m’avait déjà dépassé ! », confie-t-il. Puis on croise Steve Marin, surnommé affectueusement le troisième frère, auteur-compositeur de la majorité des chansons du duo qui assure la direction artistique de l’album et la mise en scène du spectacle. Comment explique-t-il le succès du duo ? « 2Frères, c’est des chansons proches des gens depuis le début. Érik et Sonny racontent leur histoire, et ça marche : les gens se reconnaissent énormément en eux. On voulait encore ça sur le troisième album. »

Le lancement

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, COLLABORATION SPÉCIALE

Sur scène, le duo joue cinq nouvelles pièces pour le lancement de leur album.

Il est 18 h, c’est le temps de monter sur scène pour le lancement. Les deux gars expliquent un peu leur processus, jouent cinq nouvelles pièces, remercient leur équipe, testent leurs blagues. Dans la salle, des amis et de la famille, mais aussi des fans… dont François Pérusse ! Sur À tous les vents, 2Frères interprète en effet son hit Snack-bar chez Raymond. La chanson intemporelle a été enregistrée dans le studio de l’humoriste, et il a lui-même participé à cette reprise fort réjouissante. « J’ai dit oui parce que je les aime », confie-t-il. Pour François Pérusse, les frères Caouette chantent avec leur cœur, et c’est ce qui explique en grande partie leur popularité. « Ils ne sont pas préfabriqués, ce sont des vrais », dit François Pérusse, qui ajoute qu’ils n’en sont pas à leurs dernières frasques. « C’est sûr qu’on va se réunir pour un petit sketch, je vais les inviter à venir niaiser avec moi. Ils sont très drôles, ont un bel esprit, ils sont respectueux du monde, du public, des artistes existants. Ils sont vraiment sur la bonne coche. »

Le côté givré

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, COLLABORATION SPÉCIALE

Petit souvenir de la soirée pour François Pérusse et une amie de Laurence Jalbert

Après la prestation de lancement, tout le monde se retrouve dans les loges. La pression a à l’évidence baissé de plusieurs crans, Érik a retrouvé son sourire, et François Pérusse vient jaser et faire quelques photos. Les gars ne cachent pas leur fierté. « Pérusse, c’est notre idole ultime ! On a un immense respect pour l’artiste et l’être humain extrêmement humble qu’il est », dit Sonny. Les deux gars aiment rappeler qu’ils ont aussi un côté givré : ils ont fait par exemple une chanson avec Mariana Mazza à partir des messages haineux et vulgaires qu’elle reçoit. Ce genre de collaboration les amuse beaucoup. « Dans la vie, on n’est pas juste deux petits gars parfaits ! sourit Érik. Oui, on est ce qu’on dégage, mais on est aussi autre chose. »

Extrait de Snack-bar chez Raymond, de François Pérusse

0:00
 
0:00
 

Les nouvelles chansons

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, COLLABORATION SPÉCIALE

Derniers encouragements avant le spectacle

Peu avant 20 h, dans le noir, c’est le temps de s’encourager une dernière fois avant de monter sur scène sous les applaudissements nourris de la foule. Le spectacle commence avec À tous les vents, premier extrait radio qui est aussi le titre du nouvel album — sur les 22 chansons interprétées jeudi, 8 en sont tirées. « On ne sait pas quelles seront les réactions, confiait Érik avant le début du spectacle. On ose espérer que les gens ont hâte d’entendre les nouvelles chansons et qu’elles auront un accueil chaleureux. Mais c’est certain qu’on n’entendra pas chanter le monde ! » C’est vrai, les chœurs se font vite entendre lorsque le duo ressort ses « vieux » succès, Un peu de toi, 33 tours, Léo Gagné ou Comme avant… L’écoute est attentive pour les nouvelles pièces, mais certaines suscitent aussi une réaction vraiment nourrie. C’est le cas de Faut que j’y aille, par exemple, et surtout de l’émouvante Grande personne, qui touche manifestement les gens droit au cœur.

Extrait de Grande personne

0:00
 
0:00
 

Le public

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, COLLABORATION SPÉCIALE

Les fans de 2 Frères aiment leur simplicité et leur authenticité. 

« Je les aime depuis leurs débuts, confie avant le spectacle Kim Benoit, 41 ans. J’aime leur simplicité, le courant qui passe entre les deux sur scène. C’est tout le temps du plaisir ! » Simplicité, authenticité, ce sont les mots qui reviennent le plus souvent dans la bouche des spectateurs à propos de 2 Frères. « C’est positif, simple et entraînant. Ça met de bonne humeur », dit Paul, qui est venu avec sa conjointe, Nathalie — c’est elle qui lui a offert les billets. « Ce sont de bons vivants, ils nous parlent et ne se pètent pas les bretelles », dit une autre spectatrice, Josée Gagné. Elle est en compagnie de sa fille Virginie qui, à l’entracte, nous a dit apprécier beaucoup les nouvelles chansons. « C’est sûr que je vais acheter l’album », ajoute la jeune femme.

La complémentarité

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, COLLABORATION SPÉCIALE

La complicité entre les deux frères est évidente.

Sur scène, l’expérience du duo est manifeste — mais aussi un peu le stress. En ce soir de première, chacun d’eux fait de petites erreurs, mais rattrape la situation en riant. Leur complicité leur donne de toute façon beaucoup de confiance en eux, on le voit dans les regards et les sourires échangés, mais leur complémentarité aussi est évidente. Alors qu’Érik sautille, bouge beaucoup et chante en quelque sorte la voix principale des chansons, son cadet joue de la guitare les pieds bien ancrés dans le sol et assure avec calme les harmonies qui sont la signature de 2 Frères.

Extrait de Faut que j'y aille

0:00
 
0:00
 

Le plein d’amour

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, COLLABORATION SPÉCIALE

2Frères sera en tournée un peu partout au Québec dans les prochains mois. 

Excellents musiciens, mais surtout chanteurs hors pair, les frères Caouette livrent un spectacle solide et équilibré, joyeux et bon enfant. Ils font de sympathiques détours du côté du country – la très belle La route et la nouvelle 100 fois, appuyées par la guitare pedal steel, sont particulièrement réussies –, sont capables de rock – le solo de guitare électrique de Sonny sur On est ben, la version amplifiée de Jean Batailleur de Zachary Richard –, mais surtout, ils offrent une performance où dominent l’amitié, la tendresse et le lien fort qui les unit au public. Qu’attendre d’autre d’un groupe qui termine les remerciements sur son album par les mots « On s’aime » ? « On dit ça souvent entre nous : “On s’aime, bye !”, nous avait d’ailleurs confié Érik en début de soirée. Ça veut dire : on s’aime, tout le monde. C’est gratis, l’amour. »

Extrait de 100 fois

0:00
 
0:00
 

IMAGE FOURNIE PAR MP3 DISQUES

À tous les vents, de 2 Frères

Pop-rock
À tous les vents
2 Frères
MP3 Disques

Consultez les dates de la tournée