Jane Birkin n’avait pas fait d’album de chansons originales depuis Enfants d’hiver il y a 12 ans. Oh ! Pardon tu dormais… fait donc figure d’évènement, surtout que l’album a été lancé le 11 décembre, date où sa fille Kate Barry est morte il y a sept ans, à l’âge de 46 ans, tombée du balcon de son appartement dans des circonstances jamais élucidées. La présence de la demi-sœur de Charlotte Gainsbourg et de Lou Doillon plane d’ailleurs sur ce disque mélancolique, puisque trois chansons sur 13 lui sont consacrées, ce qui donne une teinte nécessairement tragique à l’ensemble.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

Oh ! Pardon tu dormais… est le titre d’une pièce que Jane Birkin a présentée il y a 20 ans. Deux décennies plus tard, les textes ont été adaptés, retravaillés, découpés et mis en musique par Étienne Daho, Jean-Louis Piérot et Birkin elle-même pour en faire des chansons, mais d’autres morceaux sont nés aussi au cours de la création.

Extrait de Jeux interdits

0:00
 
0:00
 

Cinématographique, dramatique, orchestral, cet album de l’intemporelle Jane Brikin, 73 ans, a un côté crépusculaire et sombre (Ghosts, son premier texte en anglais, À marée haute, Sentinelle), quelques moments d’amusement, comme Jeux interdits qui s’inspire de l’enfance de ses filles, et est porté par sa voix toujours aussi cristalline, fragile et sensuelle à la fois.

IMAGE FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Oh ! Pardon tu dormais

Ce voyage doux-amer se termine dans la douleur et l’espoir avec une chanson bouleversante, Catch Me if You Can, dans laquelle la mère évoque les derniers souvenirs de sa fille disparue. Une mise à nue qui représente bien cet album atypique et étrange, mais à fleur de peau et sincère.

★★★

Chanson. Oh ! Pardon tu dormais. Jane Birkin.