C’est le 27 novembre 1970 que George Harrison a lancé son triple album All Things Must Pass, premier disque solo d’un ex-Beatle dévoilé après la dissolution du Fab Four. Aujourd’hui, la famille du défunt guitariste souligne les 50 ans de l’œuvre avec un nouveau mixage de la pièce-titre du disque, première étape d’un projet commémoratif plus ambitieux.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

Produit à l’époque par Phil Spector, l’album qui nous donné l’inoubliable My Sweet Lord avait été enregistré à l’aide de multiples pistes de guitares, de claviers et de percussions, produisant l’effet « Mur de son » caractéristique du travail du producteur américain. La nouvelle mouture stéréo de la chanson signée Paul Hicks, qui a déjà retravaillé plusieurs titres des Beatles, apparaît donc plus précise, plus épurée, en laissant davantage de place à la voix de George Harrison.

Selon Rolling Stone, c’était d’ailleurs le souhait de l’ex-Beatle, qui avait admis que l’imposante production lui avait semblé appropriée à l’époque mais que le Mur de son s’était probablement avéré excessif. « Rendre le son de cet album plus clair a toujours été le souhait de mon père, et nous avons travaillé là-dessus jusqu’à son décès, a dit Dhani Harrison au magazine américain. Avec l’aide des nouvelles technologies et grâce au travail de Paul Hicks, on peut maintenant y arriver. On a vraiment hâte de pouvoir vous montrer ce sur quoi on travaille actuellement. Ce nouveau mixage de la chanson titre d’All Things Must Pass est un avant-goût de ce qui va suivre en 2021. »

Difficile d’en savoir plus, mais il y a fort à parier qu’une version bonifiée du disque pourrait voir le jour, la veuve de George Harrison, Olivia, ayant révélé à Rolling Stone que de nouveaux extraits oubliés avaient été recouvrés des sessions d’enregistrements originales.