La jeune auteure-compositrice-interprète montréalaise Chloe Florence, 19 ans, vient de lancer son premier mini-album, Dreamer’s Nightmare. La Presse lui a parlé.

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

Son style de musique, ses influences

« Je ne veux pas avoir de définition, j’aime être fluide avec mon son, je veux que ça évolue toujours. Je ne veux pas être connue pour une chose spécifique, j’aime quand il y a beaucoup de dimensions. Je suis beaucoup inspirée par Lana Del Rey. J’aime son esthétique et la façon dont elle écrit, en créant des personnages dans ses chansons. J’aime aussi Billie Eilish et son style plus doux. Et j’aime Miley Cyrus, en ce moment. J’aime son évolution vers le pop-rock. Je m’inspire d’elles, je veux faire une combinaison de ça, mais je suis encore nouvelle dans la musique, alors je travaille mon style. »

Son premier projet

« J’étais dans une relation durant ma première année de cégep. C’était nouveau, c’était mon premier amour. Je suis tombée intensément en amour, mais ce n’était pas la bonne personne pour moi. Quand la relation s’est finalement terminée, j’ai écrit 20 chansons en un mois. Je ne pouvais plus arrêter d’écrire et de créer. Et je me suis rendu compte que pendant le temps de la relation, je n’avais plus porté aucune attention à faire de la musique. Ça m’a fait mal et j’ai décidé que c’était le temps, que je pouvais travailler et lancer mon premier projet officiel. J’ai rencontré un producteur et on a travaillé sur une, puis deux, puis trois chansons. On s’est finalement lancé sur un EP, qui est devenu Dreamer’s Nightmare. »

Extrait de Lullaby

0:00
 
0:00
 

Ses débuts en musique

« Petite, j’ai toujours aimé les arts. Je faisais de la danse, j’aimais beaucoup la musique. Un jour, dans mon autobus scolaire, quand j’avais 6 ou 7 ans, une chanson de Fergie a joué à la radio et je me suis mise à chanter devant tout le monde. Quand j’ai fini mon solo — qui n’était sûrement pas très bon, mais dans ma tête, j’étais une star —, tout le monde a applaudi et j’ai tout de suite aimé ce sentiment. En rentrant à la maison, j’ai dit à ma mère que je voulais faire de la musique et chanter. J’ai commencé à suivre des cours de chant. Mon premier coach de voix m’a dit que je devrais apprendre à jouer d’un instrument. J’ai appris le piano. J’ai commencé à écrire des chansons très jeune. Ç’a toujours été un rêve, dans ma tête, de faire quelque chose d’artistique et dans la musique. »

Ce qui s’en vient…

« Je veux me développer en tant qu’artiste, je veux faire évoluer mon son, créer quelque chose de plus spécifique. J’ai beaucoup appris, juste pendant la dernière année de travail sur [Dreamer’s Nightmare]. Je vais travailler avec un nouveau producteur et je veux sortir une chanson tous les trois, quatre mois pour garder le momentum. Le but, c’est d’avoir un album complet, mais avant ça, je veux agrandir mon public pour avoir un groupe de personnes qui veulent écouter ma musique, pour qui je peux créer. »