Pendant que Laurence Nerbonne prenait un virage électropop remarqué, ses anciens collègues d’Hôtel Morphée raffinaient de leur côté leur formule rock pour lancer le projet Deep Rivers, qui n’avait jusqu’à ce jour accouché que d’un seul EP, Part One, paru il y a déjà près de quatre ans. Avec leur nouvel album Nothing Ever Happens to Me, André Pelletier, Blaise Borboën-Léonard et Stéphan Lemieux sont de retour en selle avec une proposition indie-folk rock franchement bien ficelée qui mérite amplement l’attention.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

À l’écoute du recueil de chansons, on mesure bien l’effort qui a été déployé autant sur le plan des mélodies que des arrangements. L’ensemble de l’œuvre est la plupart du temps aérien et dépouillé au service d’une ambiance bien souvent mélancolique qui permet de mettre en valeur la belle voix d’André Pelletier — ce dernier se contentait pourtant de rares harmonies vocales au sein d’Hôtel Morphée. Les riches accords de ses guitares sont quant à eux appuyés par la batterie fluide et contenue de Lemieux, par les claviers ou les violons planants de Borboën-Léonard, ainsi que par la basse précise et discrète de Cédric Martel — quatrième membre du groupe.

Toutefois, on n’est jamais très loin de la tension rock, bien souvent grâce à des accents progressifs, notamment l’étonnante conclusion du solo de guitare de Busy Bee, qui n’est pas sans rappeler les premières moutures de Genesis, ou encore l’expression mélodique du violon et du refrain de No More Mister Nice Guy, un clin d’œil à Gentle Giant.

IMAGE FOURNIE PAR DEEP RIVERS

Nothing Ever Happens to Me, de Deep Rivers

Extrait de Nothing Ever Happens to Me

0:00
 
0:00
 

Cela dit, on parle d’un album indie-folk tout ce qu’il y a de plus contemporain. On peut d’ailleurs faire des parallèles avec quelques ténors de la scène indie — Death Cab for Cutie sur la chanson-titre, Gravenhurst sur Straight Shooter, Radiohead sur Keeping Up ou encore les Barr Brothers sur Bottle of Rye, certainement la plus folk de l’album. N’empêche, cet assemblage de chansons est tout sauf pastiché, c’est le résultat d’un travail abouti qui s’écoute d’une traite plusieurs fois de suite.

★★★½

INDIE-FOLK ROCK. Deep Rivers. Nothing Ever Happens to Me. HM Créations.