François Jean, ex-batteur et percussionniste du groupe les BB, n’est plus.

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

Le musicien âgé de 60 ans est décédé au petit matin, lundi. Les causes de son décès n’ont pas été révélées. Il laisse dans le deuil son épouse Mélissa Nadeau, sa jeune fille de 8 ans, Frédérique, ainsi que plusieurs amis.

Né à Saint-Paul-l’Ermite le 30 août 1960, François Jean est l’un des trois membres fondateurs du groupe les BB (jadis connu sous le nom des Beaux Blonds). Composé du chanteur Patrick Bourgeois (décédé d’un cancer en 2017), du claviériste et guitariste Alain Lapointe ainsi que du batteur François Jean, le groupe a connu un immense succès au Québec au tournant des années 1990, avec des chansons comme Fais attention, Donne-moi ma chance et T’es dans la lune.

La chanteuse, Marie Carmen, qui a partagé pendant 10 ans la vie du musicien, a été la première à partager la nouvelle sur sa page Facebook. « Le coeur en miette. J’ai le terrible regret de vous annoncer le décès de mon précieux ami François Jean. Mon homme, mon frère, mon amour. Sa conjointe, Mélissa m’a demandé de vous en informer. »

Chanteur et animateur au FM 103,3, Francis Gallant a côtoyé François Jean au milieu des années 2000, alors qu’il était choriste avec les BB pour une tournée de spectacle. « Je me sentais un peu comme un imposteur d’être sur scène avec eux, explique Francis Gallant. J’étais juste à côté du drum de François et il me regardait souvent pour me signaler que tout allait bien. C’était très sécurisant pour moi. François était tellement jovial ! C’était quelqu’un de super sympathique, un gars très gentil, très humain, qui aimait le monde et qui était très proche des fans. Il avait ses problèmes, mais il restait quelqu’un de très drôle, très up la vie. »

François Jean n’a jamais caché son combat acharné contre la toxicomanie. Il a d’ailleurs évoqué le sujet dans une entrevue accordée à La Presse, en 2008. « J’ai eu bien des problèmes. (À la fin des années 80), je cassais la chandelle en deux et je brûlais les morceaux par les quatre bouts ! Je suis un survivor. »

Un conflit jamais réglé avec Patrick Bourgeois

En 1996, après une première dissolution du groupe, François Jean a tenté l’expérience solo avec l’album Moi. Le disque s’est vendu à 8000 exemplaires. Les BB se sont réunis de nouveau en 2008 pour une série de concerts. Mais le parcours collectif des BB n’a jamais été de tout repos…

PHOTO MICHEL GRAVEL, ARCHIVES LA PRESSE

Dans l’ordre, Alain Lapointe, Patrick Bourgeois et François Jean, des BB, en 1991.

En effet, François Jean a intenté une poursuite en justice contre Patrick Bourgeois en 2015 en raison d’un litige financier lié à l’album Univers, sorti en 2011. Le batteur accusait le leader des BB d’avoir gardé pour lui une partie des revenus des spectacles. Ce différend a jeté un froid entre les deux hommes. Les ponts n’étaient toujours pas reconstruits lorsqu’est survenu le décès de Patrick Bourgeois, le 26 novembre 2017.

« La dernière fois que j’ai vu François, c’était il y a deux ans, aux funérailles de Patrick (Bourgeois). Il était très, très affecté », se souvient Francis Gallant. Malgré la séparation définitive des BB, François Jean n’avait pas pour autant rangé ses baguettes. Il continuait de faire de la musique, tout en étant employé de Postes Canada.

Des témoignages

Plusieurs personnalités ont souligné le décès du musicien sur les réseau sociaux, à commencer par le fils de Patrick Bourgeois, le chanteur Ludovick Bourgeois.

« C’est avec tristesse que j’ai appris ce matin le décès de François Jean que mon père a bien connu à l’époque des B.B. Je souhaite à titre personnel offrir mes plus sincères condoléances à sa conjointe Mélissa et à leur fille. Mes pensées accompagnent également ses proches et amis. »

La ministre de la Culture du Québec, Nathalie Roy, a aussi offert ses condoléances à la famille et aux amis de François Jean par le biais de son compte Twitter.

La députée Libérale de Verdun, Isabelle Melançon, a elle aussi tenu à rendre hommage au musicien. « (C’est) une grande perte pour la musique québécoise », a-t-elle écrit.