Pour son quatrième album en 10 ans, Bobby Bazini a décidé de secouer un peu ses propres habitudes — ce qui explique le titre du disque, Move Away. Si la base de son travail demeure la soul avec une touche de gospel, et si sa voix gravelée si riche est toujours aussi mise de l’avant – elle reste son principal atout –, il a aussi « actualisé » son son avec de la programmation et des rythmes synthétiques.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

De petits changements, qui lui permettent d’aller davantage du côté de la pop, d’être parfois plus aérien dans sa manière de chanter, et qui donnent une légèreté à plusieurs chansons – pas toutes, il a travaillé avec une dizaine de réalisateurs, et chaque pièce est un monde distinct.

0:00
 
0:00
 

Malgré tous ces efforts, ces 13 morceaux restent très classiques, et on y compte peu de vraies surprises – pour une chanson vraiment pop à la Holding Onto the Feeling ou Mercy, duo délicieusement rétro avec Imelda May, figurent plusieurs Penthouse ou Losing Sleep, bien faites, mais sans grand piquant.

Par contre, il y a comme toujours beaucoup de sincérité chez Bobby Bazini, et cet hommage amoureux à sa compagne depuis 12 ans, Odessa, regorge de belles chansons d’amour, de désir et d’espoir — Choose You, par exemple, est une superbe re-déclaration d’amour, Together People, un hommage à la solidarité.

IMAGE FOURNIE PAR UNIVERSAL

Move Away

On ne pourra lui reprocher d’être négatif ou dépressif et, en ces temps incertains, un peu de lumière fait du bien. Move Away ne révolutionnera certainement pas la roue de la soul-pop — mais quand un artiste révolutionne son propre travail avec autant d’honnêteté, on ne peut que le saluer.

★★★

Soul-pop. Bobby Bazini. Move Away. Universal.