Avec un nouvel album livré d’un bloc, sans détour et sans concession, Lamb of God réaffirme sa position de leader de la nouvelle vague du métal américain.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

Cinq ans après VII : Sturm und Drang, le quintette de Richmond, en Virginie, revient avec un album dense de 10 chansons qui s’écoute d’une traite, un concentré de métal engagé accentué de quelques touches gothiques qui donne la mesure de ce que représente Lamb of God aujourd’hui, d’où le choix de donner le nom du groupe à ce huitième opus.

0:00
 
0:00
 

Techniquement impeccable avec un mixage parfaitement équilibré supervisé par le collaborateur de longue date Josh Wilbur, Lamb of God permet de prendre toute la mesure des textures et de la complicité sonore qui anime les guitaristes Mark Morton et Willie Adler – c’est surtout manifeste dans Checkmate et New Colossal Hate, deux puissants enchaînements de riffs savamment entrelacés.

Derrière les peaux, Art Cruz rassure les fans de la première heure en prenant plus qu’adroitement la relève de Chris Adler, batteur original qui a quitté le groupe l’an dernier. Son jeu est aussi fluide que précis, tout en étant explosif à souhait.

IMAGE FOURNIE PAR EPIC RECORDS

Lamb of God

Randy Blythe continue quant à lui de porter un regard cru et douloureusement lucide sur les torts de notre société, avec une intensité à la mesure de la violence et de l’aberration des situations qu’il écorche sans pitié. Le chanteur ne mâche pas ses mots quand il vocifère « Make America hate again » dans Checkmate ou quand il s’insurge contre la « nouvelle anormalité » dans Reality Bath. Dans Routes, Blythe partage le micro avec le chanteur métis Chuck Billy, du groupe thrash metal vétéran Testament, dans une critique acerbe de la répression subie par les autochtones de Standing Rock, qui s’étaient opposés à la construction d’un pipeline sur leurs terres ancestrales du Dakota du Nord.

Il y a fort à parier que ce nouvel album permettra à Lamb of God, déjà nommé cinq fois aux prix Grammy, d’y être encore une fois cité. Et cette prochaine fois pourrait être la bonne.

★★★★

Lamb of God. Lamb of God. Epic Records.