Avec une nouvelle chanson qui se préoccupe de la santé mentale en temps de pandémie pour Ian Kelly, un clip plein de chaleur mettant en scène des personnes âgées du côté de Mon Doux Saigneur, et un tournage confiné chez les Lindsay-De Larochellière, la semaine musicale commence avec un message d’espoir, beaucoup de chaleur et une étincelle de joie.

Josée Lapointe Josée Lapointe
La Presse

Les parents de Ian Kelly ont tous les deux travaillé en santé mentale, c’est pourquoi l’auteur-compositeur-interprète montréalais se dit fort sensible à ce sujet.

« Triste devant autant de souffrance humaine, d’anxiété et d’incertitude », dit-il dans un communiqué, il a donc écrit L’amour est toujours là, jolie chanson qui parle de l’importance d’être entouré et de sortir de l’isolement.

Interprété en français, en anglais et en innu par Ian Kelly, Gaëlle, le collectif Nikamu Mamuuitun et Florent Vollant, la chanson est accompagnée d’un clip réalisé en stop motion par la fille de Ian Kelly, Mahika Couture Kelly, 14 ans. La chanson a été écrite à la demande de l’Association canadienne pour la santé mentale — Division du Québec, à laquelle les artistes ont remis leurs cachets dans la cadre de la campagne #ParlerPourVrai.

> Visionnez le clip L’amour est toujours là au complet

« À travers les hauts, à travers les bas, l’amour est toujours là », chantent Ian Kelly et ses collègues. C’est aussi d’une certaine manière le thème de la chanson Aller de Mon Doux Saigneur, qui figure sur son excellent album Horizon sorti début janvier, qui parle de comment on peut passer par de bons et de moins bons moments au cours d’une existence.

« T’es allé haut, t’es allé bas/t’es allé loin, t’es allé de l’autre bord/t’avais l’air ben, t’avais l’air/t’avais l’air d’aller », chante Emerik St-Cyr Labbé dans le refrain de cette chanson au groove aérien.

Le clip qu’il en a tiré a été tourné, avant le confinement bien sûr, dans le resort Fountain of Youth en Californie. Situé au milieu du désert, ce lieu, reconnu pour ses sources d’eau chaude riche en minéraux, attire toute une communauté de personnes âgées, dont plusieurs souffrent d’arthrite, en quête de plus de confort.

Ce sont elles les vedettes de ce clip aux teintes chaudes, et si les images de ces aînés souriants et heureux contrastent avec la situation pandémique actuelle, elles ont aussi quelque chose d’étrangement réconfortant.

> Visionnez le clip Aller au complet

De son côté, le couple Andréa Lindsay-Luc de Larochellière, en confinement dans son appartement montréalais, a réalisé un clip maison bien sympathique pour sa chanson Café et champagne qui figure sur son album S’il n’y avait que nous lancé l’automne dernier.

Tourné en plan-séquence avec un téléphone, le clip nous emmène dans toutes les pièces de leur domicile, même la salle de bain. Leur fils y fait une courte apparition tourbillonnante, on les voit plusieurs fois réprimer des fous rires, et le tout ne peut que donner des envies de sourire et de printemps.

> Visionnez le clip Café et champagne au complet

C’est d’ailleurs ce qu’a écrit Luc De Larochellière sur Facebook ce lundi : « En souhaitant que cette chanson accompagne le soleil et le beau temps qui nous arrivent. »