Verdi et Mozart, le retour très attendu du grand compositeur Janáček, une oeuvre originale signée par le librettiste Michel Marc Bouchard et le compositeur Julien Bilodeau. L’Opéra de Montréal propose une variation autour du thème de la beauté de l’art pour sa saison prochaine. Pour ce, la compagnie collabore avec de grands artistes québécois et canadiens, tels que Michel Marc Bouchard, Florent Siaud, Olivier Kemeid et Atom Egoyan, ainsi que des vedettes internationales de l’art lyrique.

Luc Boulanger
Luc Boulanger La Presse

« Il y a une telle concentration d’artistes de talent au Québec et à Montréal, c’est important que l’Opéra puise à cette richesse et leur fasse une bonne place dans sa programmation », affirme le directeur général de la maison, Patrick Corrigan, soulignant au passage le travail d’accompagnement nécessaire fait par son directeur artistique, Michel Beaulac.

La saison 2020-2021 s’ouvrira le 26 septembre avec un rendez-vous incontournable. La grande soprano québécoise Marie-Josée Lord sera la Violetta dans La Traviata de Verdi. Le metteur en scène Alain Gauthier va transporter l’intrigue dans le Paris du jazz des années 30. Le rôle de Violetta, qui a été défendu par de légendaires cantatrices (la Callas et Joan Sutherland), est à la mesure du talent de Mme Lord. La charismatique interprète sera secondée par de belles voix, dont Rame Lahaj (Alfredo) et Jean-François Lapointe (Germont), ainsi que par le Choeur de l’Opéra de Montréal et l’Orchestre Métropolitain.

Un opéra de beauté

La collaboration entre l’Opéra de Montréal et l’auteur de théâtre Michel Marc Bouchard se poursuivra la saison prochaine.

« Après le succès de l’opéra Les feluettes, en 2016, la direction a senti que Michel Marc Bouchard, dont l’écriture est très lyrique à la base, est passionné par l’opéra, dit Patrick Corrigan. Il saisit bien la synergie entre les diverses formes artistiques et comprend bien le (long) processus créatif de l’opéra qui s’étire sur plusieurs années. On a lui a donc proposé une trilogie, en lui commandant un livret original, La beauté du monde. Puis en présentant, en 2024, La Reine-Garçon, un opéra inspiré de la pièce éponyme de Bouchard sur la reine Christine de Suède, et produit par le Canadian Opera Company à Toronto. »

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

L'auteur Michel Marc Bouchard

Inspiré du sauvetage des oeuvres du Louvre à Paris pendant la Seconde Guerre mondiale, La beauté du monde sera créé en mars 2021. Le librettiste travaille avec le compositeur Julien Bilodeau (Another Brick in the Wall). La mise en scène sera assurée par un autre prodigieux créateur montréalais, Florent Siaud.

Atom Egoyan à l’opéra

Autre moment fort de la saison, la production avec l’Opéra de Victoria de Jenufa de Leos Janáček, sous la direction du célèbre réalisateur canadien Atom Egoyan, avec la soprano québécoise Marianne Fiset (du 14 au 22 novembre). Le cinéaste a déjà travaillé sur des opéras à Toronto.

PHOTO JOEL C RYAN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Le réalisateur Atom Egoyan

L’Opéra de Montréal est aussi fier de s’associer à la compagnie Ballet-Opéra-Pantomime, fondée par deux jeunes créateurs audacieux, Alexis Raynault et Hubert Tanguay-Labrosse. En juin 2021, Labrosse signera la musique d’une nouvelle oeuvre sur le drame des migrants en mer. Elle fera partie d’un programme double, mis en scène par le directeur artistique du Quat’Sous, Olivier Kemeid. La saison régulière se terminera avec Les noces de Figaro, de Mozart, où le baryton-basse canadien Daniel Okulitch jouera le rôle de Figaro.

> Consultez le site de l'Opéra de Montréal