« Moi je ne reviens jamais à ce que j’étais avant, à ce que j’étais hier », chante Rosie Valland sur Chaos, tirée de ce deuxième album long, qu’elle coréalise aux côtés de Jesse Mac Cormack, indéfectible allié depuis ses débuts, en 2014.

Caroline Bertrand
Caroline Bertrand La Presse

L’auteure-compositrice-interprète nous revient avec un son contrastant avec le rock alternatif de Partir avant, paru il y a quatre ans et demi. Depuis la rupture amoureuse qu’elle y purgeait, sa vie a en effet changé : la guitariste est tombée amoureuse, a quitté Montréal pour la campagne, a trouvé l’espace et le calme dont elle avait besoin pour prendre soin d’elle-même.

IMAGE FOURNIE PAR SECRET CITY RECORDS

Blue, deuxième album long de Rosie Valland

C’est cette sérénité qu’exsude la pop mélodieuse et léchée, mais jamais sirupeuse, empreinte de douceur de Blue, influencé par les années 90, la finaliste au Festival de la chanson de Granby en 2012 ayant replongé ces dernières années dans cette décennie de grandes chanteuses et de rock accrocheur à la Oasis.

Extrait de La plage

0:00
 
0:00
 

Mise de l’avant, sa voix – son instrument de prédilection –, jadis éraillée, reflet de ses tourments, est aujourd’hui bien plus claire. À l’instar de ses mélodies, lumineuses dans l’ensemble, qui flottent encore en apesanteur, soutenues par de fidèles guitares, parfois grunge (Forçons les tiges, Loin), vestiges du passé, tantôt enveloppantes ou célestes (La plage, Comme si).

Si ce parti pris foncièrement pop peut surprendre à la première écoute – lorsqu’on connaissait Partir avant –, il gagne à se laisser apprivoiser, car, qui sait, il pourrait apaiser des bleus.

Offert en CD, en vinyle et sur les plateformes de musique en continu

Consultez la page Bandcamp de Rosie Valland

★★★½

Pop, Blue, de Rosie Valland, Secret City Records