La projection du documentaire Leaving Neverland, dans lequel Michael Jackson a (de nouveau) été accusé de pédophilie, a assombri les célébrations du 10anniversaire de la mort du roi de la pop, engagé (malgré lui) dans une nouvelle saga judiciaire. Retour sur une année-anniversaire houleuse, où les poursuites croisées ont repris de plus belle.

Jean Siag Jean Siag
La Presse

Le 25 janvier 2019, le réalisateur britannique Dan Reed a largué une bombe au Festival du film de Sundance. Son film Leaving Neverland donnait la parole à deux hommes, James Safechuck et Wade Robson, qui expliquaient dans le détail avoir été séduits, puis agressés sexuellement à répétition par Michael Jackson alors qu’ils étaient âgés de 7 et 10 ans.

Le documentaire de quatre heures a été diffusé par la chaîne HBO les 3 et 4 mars, malgré le dépôt d’une poursuite de 100 millions intentée par la famille Jackson pour empêcher sa diffusion. Le 21 mars, c’est la chaîne française M6 qui diffusait le film-choc, au grand déplaisir des fans de MJ.

La famille Jackson a contre-attaqué au mois d’avril en diffusant Neverland Firsthand : Investigating the Michael Jackson Documentary. Un film court de 30 minutes réalisé par Eli Pedraza, qui a recueilli les témoignages de trois personnes : le neveu de la star, Taj Jackson, sa nièce Brandi Jackson et son ex-directeur technique Brad Sundberg.

PHOTO TAYLOR JEWELL, ASSOCIATED PRESS

Wade Robson, le réalisateur Dan Reed et James Safechuck

Mais le documentaire de Dan Reed est celui qui a frappé le plus fort. Le témoignage des deux hommes extrêmement détaillé (et crédible) a semé un doute chez bon nombre d’admirateurs. L’animatrice Oprah Winfrey, qui a interviewé (et soutenu) Wade Robson et James Safechuck, a d’ailleurs été fustigée par la famille Jackson (et nombre de fans) pour leur avoir donné la parole…

Résultat : les grands acteurs de l’industrie ont commencé à prendre leurs distances. Des chaînes de radio américaines, australiennes, néo-zélandaises et canadiennes ont décidé de ne plus diffuser ses chansons. Au Québec, CKOI et les stations de Cogeco (Rythme FM et The Beat) leur ont emboîté le pas un temps, avant de mettre fin au boycottage au mois d’octobre dernier…

Même la statue de cire de MJ a été retirée du musée Grévin de Montréal sous prétexte qu’elle devait être restaurée… Aux dernières nouvelles, elle n’avait toujours pas été réintégrée dans le musée.

Mais au plus fort de la tourmente, les fans se sont mobilisés pour discréditer James Safechuck et Wade Robson. D’autant plus que Robson avait témoigné en faveur de son idole de jeunesse à deux reprises – en 1993 et en 2005 –, lors du procès hypermédiatisé de Jackson, accusé de pédophilie par le jeune Gavin Arvizo. Une question à laquelle Robson répond dans Leaving Neverland, avouant ne pas avoir été capable de dire la vérité à ce moment-là.

Les fans montent aux barricades

L’été a relancé les hostilités. Le 4 juillet, trois associations d’admirateurs français de MJ ont assigné en justice les deux hommes, qu’elles accusent de porter « atteinte à la mémoire d’un mort ». Les trois associations, Michael Jackson Community, MJ Street et On The Line, réclamaient chacune un euro symbolique devant le tribunal d’instance d’Orléans. L’audience, qui devait avoir lieu en octobre, puis en décembre, a finalement été reportée au 17 mars 2020.

PHOTO AL SEIB, REUTERS

Le Dr Conrad Murray lors de son procès à la suite de la mort de
la pop star Michael Jackson à Los Angeles, en septembre 2011.

L’action menée par ces trois associations est loin d’être farfelue. Elles avaient déjà porté plainte contre le Dr Conrad Murray, qui a administré la dose fatale de propofol à Michael Jackson, à l’origine de son arrêt cardiaque. Le Dr Murray a finalement été condamné en 2011 à quatre ans d’emprisonnement pour homicide involontaire.

Un deuxième docu pro-Jackson

Plus tard pendant l’été, nouveau documentaire pro-Jackson : Michael Jackson : Chase the Truth, sorti le 13 août sur les plateformes YouTube et Amazon Prime. Le film réalisé par Jordan Hill revient sur les accusations d’agressions sexuelles et tente à nouveau de prouver l’innocence de MJ.

Le biographe Mike Smallcombe, le garde du corps Matt Fiddes et l’acteur Mark Lester figurent cette fois parmi les amis du roi de la pop. Les trois nouveaux témoins défendent la théorie selon laquelle les allégations d’agressions sexuelles portées par James Safechuck et Wade Robson dans Leaving Neverland étaient motivées par l’argent.

Parallèlement à la poursuite des associations de fans, MM. Robson et Safechuck ont eux aussi fait avancer leur poursuite (posthume) déposée en 2013 contre deux entreprises jadis dirigées par Michael Jackson (MJJ Productions et MJJ Ventures). Leur plainte avait été rejetée en 2017, vu les délais autorisés par la loi californienne.

Les deux hommes ont fait appel de cette décision, la loi a été modifiée depuis (faisant passer le délai de prescription de l’âge de 28 ans à 40 ans) et la Cour d’appel de Californie a annulé le non-lieu, affirmant que la poursuite de James Safechuck et Wade Robson « devrait être reconsidérée ». On attend donc la suite de cette poursuite-là.

L’œuvre musicale survit

PHOTO ISAAC BREKKEN, GETTY IMAGES

Des artistes du Cirque du Soleil en pleine performance
lors de la première mondiale du spectacle Michael Jackson ONE,
au Mandalay Bay Resort & Casino, à Las Vegas, en 2013

Le spectacle-hommage du Cirque du Soleil Michael Jackson ONE, créé en 2013 à l’Hôtel-Casino Mandalay Bay, n’a apparemment pas pâti de ces affaires.

Après O, MJ ONE est au deuxième rang des spectacles les plus payants du Cirque, selon la direction de la multinationale. Et ce, même si, sachant tout ce que l’on sait aujourd’hui, certaines scènes provoquent un malaise — notamment lorsqu’on entend la voix de Michael Jackson parler de la magie de l’enfance et de son ranch de Neverland.

Selon le président directeur du Cirque, Daniel Lamarre, ce sont les fans qui ont sauvé le spectacle.

Il y a eu tout un mouvement de la part des fans, qui sont des millions, et qui se sont un peu révoltés contre le documentaire, donc on a réussi à se maintenir. Le taux d’occupation est stable à 70 %.

Daniel Lamarre, président directeur du Cirque du Soleil

« On avait eu un très, très gros début d’année. Avec le documentaire, on s’est stabilisé au même niveau que les autres années. Et là, depuis un mois, on voit une reprise. Le 11 novembre dernier, on était au-dessus de 70 % », continue M. Lamarre.

Malgré la tempête médiatique, le Cirque du Soleil n’a rien modifié à son spectacle et se dit « à l’aise » de continuer à le présenter.

« On ne défend pas l’individu, on défend son œuvre musicale, a insisté Daniel Lamarre. Il y a une controverse, mais qu’est-ce qui est vrai et qu’est-ce qui est faux à la fin de la journée ? Je ne le sais pas et je ne m’y suis pas attardé non plus, parce que ça aurait été d’embarquer dans la vie personnelle d’un individu… »

De nouveaux projets à venir

Les projets artistiques autour de l’immense legs musical de Michael Jackson sont loin de s’essouffler. Et les radios ont toutes recommencé à diffuser les pièces du roi de la pop.

D’après Deadline et Variety, Graham King, producteur du biopic sur Queen, Bohemian Rhapsody, aurait acquis les droits auprès de la famille Jackson pour utiliser l’ensemble de son catalogue musical. Le biopic n’est rattaché à aucun studio pour le moment, mais le cinéaste a déjà fait appel à John Logan pour écrire le scénario.

Dans ce long métrage, qui ne sera pas une « interprétation édulcorée » selon des sources citées par Deadline, Graham King racontera le parcours fulgurant de Michael Jackson : de ses débuts avec les Jackson Five à sa domination de la scène musicale pop. On ignore si les accusations de pédophilie seront abordées.

Par ailleurs, une comédie musicale baptisée MJ the Musical, mise en scène par Christopher Wheeldon, sera lancée à Broadway à l’été 2020. Michael Jackson sera incarné par l’acteur américain Ephraim Sykes, connu pour son rôle dans le film Hairspray Live !

Enfin, le spectacle musical espagnol Forever King of Pop, créé il y a neuf ans par le Teatro Lope de Vega, poursuit sa tournée européenne. Malgré des critiques sévères de plusieurs médias (dont celle de Télérama qui parle d’une « hagiographie musicale »), les producteurs n’ont aucune difficulté à remplir leurs salles.

Bref, malgré les accusations répétées de pédophilie, et un très bref purgatoire, l’œuvre musicale de Michael Jackson lui survit. Et les admirateurs du King of Pop n’ont aucune intention de laisser leur idole tomber en disgrâce. 

— Avec The Guardian, The New York Times, Variety, Deadline, AFP et Associated Press

Les différentes poursuites contre Michael Jackson dans le temps

1993

Première poursuite pour atteinte à la pudeur, menée par la famille du jeune Jordan Chandler. La famille Jackson parvient à un règlement à l’amiable estimé à 22 millions. Le procès n’aura pas lieu.

2003

Le documentaire Living with Michael Jackson est diffusé par la BBC. Au cours d’une série d’entrevues accordées au journaliste Martin Bashir, Michael Jackson admet dormir avec des enfants à l’occasion, en précisant qu’il n’y a « rien de sexuel ».

2005

Michael Jackson a un procès hypermédiatisé pour attouchements sexuels sur un mineur. La poursuite menée par Gavin Arvizo (vu dans le documentaire Living with Michael Jackson) se conclut par l’acquittement de Jackson.

2009

Le 25 juin, Michael Jackson meurt d’un arrêt cardiaque après avoir reçu une dose fatale de propofol. Son médecin personnel, le Dr Conrad Murray, est accusé d’homicide involontaire.

2013

James Safechuck et Wade Robson poursuivent deux entités créées par Michael Jackson : MJJ Productions et MJJ Ventures.

2017

Les procédures sont rejetées en 2017 (pour cause de délai de prescription), mais l’avocat de James Safechuck et Wade Robson, Vince Finaldi, fait appel de la décision.

2019

Projection du documentaire Leaving Neverland. Diffusion de deux documentaires pro-Jackson. Poursuite de la famille Jackson et poursuite de trois associations d’admirateurs. Décision de la Cour d’appel de Californie d’annuler le non-lieu de la poursuite civile de James Safechuck et Wade Robson.