Après la tournée de l’album Paradise en 2016, le groupe industriel post-punk brooklynois Pop. 1280 a dû repenser sa musique et simplifier son approche à la suite des départs de son batteur et de son claviériste.

Philippe Beauchemin Philippe Beauchemin
La Presse

L’entité devenue bicéphale, composée d’Ivan Drip et de Chris Bug, s’est donc mise au minimalisme avec l’arrivée de Matthew Hord, membre du défunt groupe noise expérimental Running.

0:00
 
0:00
 

Nous voici au terme des recherches : ce Way Station, où les guitares et la voix de Bug sont présentes, mais en net recul par rapport aux offres précédentes, développe un paysage constitué de synthétiseurs, d’effets de drones bourdonnants, de tempos répétitifs et de blancs inquiétants. Les thèmes du départ, de l’abandon et de la mort, s’infiltrent dans les brèches du mur sonore, qui ne s’élève pas à la hauteur des albums précédents.

PHOTO FOURNIE PAR WEYRD SON RECORDS

Way Station, de Pop. 1280

Reste à voir si cette nouvelle approche prendra de l’amplitude en spectacle... Pop. 1280 est justement de passage au Québec cette semaine (à Montréal le 12 décembre et à Québec le lendemain).

★★★

Post-punk. Way Station. Pop. 1280. Weyrd Son Records.