Issu des WordUP! Battles, Raccoon City (ou RacCity pour les intimes) a déposé un EP en septembre. Le voilà déjà qui revient en formule longue avec Gentil pour un Noir, collection d’egotrips, de réflexions sur la vie adulte et de critiques sociales.

Charles-Éric Blais-Poulin Charles-Éric Blais-Poulin
La Presse

« Tu rappes comme un novice, pas peur de toi mais de la police, je suis Noir et j’ai la peau lisse. » Si le vocabulaire et le phrasé soul de Shamyr Daléus-Louis, d’origine haïtienne, évoquent davantage la scène franco-française, ses références sont surtout québécoises (Claudine Mercier, Voir, etc.) et américaines.

0:00
 
0:00
 

Jeux de mots, allitérations, homonymies, doubles sens : le jeune rappeur sait valoriser et faire vibrer le verbe. C’est vraiment à ce chapitre que le « Black hipster » montréalais se distingue de bon nombre de ses pairs québécois. Pas que les beats old-school soient inintéressants, mais la signature musicale pourrait être précisée.

IMAGE FOURNIE PAR RICO RICH PRODUCTIONS

Gentil pour un Noir, de Raccoon City

Ethan Habanou, d’origine française, signe la plupart des compositions, tandis que Beatowski, spécialiste britannique du boom bap, a été mandaté sur deux titres. La suite s’annonce saillante.

★★★½

Hip-hop. Gentil comme un Noir. Raccoon City. Rico Rich Productions.