Il y a deux lectures possibles et valables de ce 1952, deuxième album de Geoffroy. Deux lectures et deux états d’esprit. Et c’est à l’avenant que nous avons écouté cette succession à Coastline, road trip indie-pop remarqué en 2017. Tant pis pour les clichés : le voyage, cette fois, est intérieur, métaphorique. Mais pas si vite…

Charles-Éric Blais-Poulin Charles-Éric Blais-Poulin
La Presse

La première écoute, donc, est celle de la tête qui ballotte docilement, du pied qui tape pesamment, de la parole comme accessoire obligé. « Woke up late, feeling lazy, sun in my face, got to smoking too early, like any other day » (Woke up Late). Quelque chose d’ésotérique comme le groove. La basse monte la garde, les guitares viennent en renfort, les coups de batterie semoncent. Et toujours cette voix grave qui commande. L’électro de Coastline cède un peu d’espace, mais pas toute sa place, à l’afrobeat, au folk et au R&B, avec cette propension pérenne à la pop contagieuse. Il faut se laisser emporter par les claviers d’How You Feeling Now ? pour s’en convaincre.

IMAGE FOURNIE PAR BONSOUND

1952, de Geoffroy

La deuxième écoute est celle de la tête qui cogite, du pied qui mesure, de la parole comme exutoire nécessaire. « Your beauty mama, it’s all around here » (Fooling Myself). C’est à ce niveau que l’on trouve un tendre hommage à la mère du chanteur, emportée par un cancer du sein en 2017. C’est d’ailleurs son année de naissance qui coiffe la pochette de l’album. Ni apitoiement ni deuil sursurligné : des références subtiles, des conversations extraites de vieux VHS (Talking Low et All Around, à mi-chemin), des « je t’aime » doucement déposés en plein d’autres mots.

Extrait de Woke up late, de Geoffroy

0:00
 
0:00
 

Geoffroy n’est pas sur le terrain de l’innovation, de la déconstruction ou de la recherche sonore. Il se contente de faire très bien ce qu’il sait très bien faire. Il y a ce risque, pour Geoffroy, de devenir générique, mais la sincérité palpable du processus créatif l’en préserve sur ce deuxième « long jeu » multidimensionnel, quelque part entre sa mère et le monde. 

★★★★

Électro-pop. 1952, Geoffroy, Bondsound.