(Copenhague) Un procureur suédois a déclaré mardi qu’il ne ferait pas appel du verdict contre le rappeur américain A$AP Rocky et ses deux gardes du corps, qui ont été reconnus coupables de voies de fait à la suite d’une bagarre à Stockholm, le 30 juin.

Associated Press

Daniel Suneson a déclaré que le tribunal de district de Stockholm « a rejeté le plaidoyer de légitime défense, ce que j’estime important de préciser dans ce cas particulier ».

A$AP Rocky, de son vrai nom Rakim Mayers, avait plaidé la légitime défense et affirmé qu’il avait tenté d’éviter une confrontation avec deux hommes qui, selon lui, suivaient avec persistance son entourage. L’un d’entre eux s’est battu avec un garde du corps, avait déclaré Rakim Mayers au cours de son procès.

Le 14 août, ils ont été reconnus coupables de voies de fait et condamnés à des « peines d’emprisonnement avec sursis », ce qui signifie qu’ils ne purgeront pas de peine d’emprisonnement à moins qu’ils ne commettent à nouveau une infraction similaire en Suède.

Rakim Mayers, qui se trouvait en Suède dans le cadre d’une tournée européenne au moment de la bagarre, a déclaré à la cour que Mustafa Jafari, âgé de 19 ans, et son ami avaient refusé de les laisser tranquilles malgré plusieurs demandes, ajoutant qu’ils semblaient sous l’influence de drogues.

Une bagarre a eu lieu peu après. La cour a conclu que Rakim Mayers et ses gardes du corps — David Rispers Jr. et Bladimir Corniel — avaient battu Mustafa Jafari et lui avaient donné des coups de pied alors qu’il était au sol.

Lors de son témoignage devant le tribunal, Mustafa Jafari a déclaré que ses souvenirs de la nuit étaient confus à cause des coups reçus à la tête lors de la bagarre. Il avait raconté à la police qu’il s’était mis en colère lorsque ses écouteurs avaient été endommagés lors de la première dispute avec un garde du corps.

Les trois hommes, qui ont passé près d’un mois derrière les barreaux avant d’être libérés le 2 août, sont rentrés aux États-Unis.