(Jérusalem) La ministre israélienne de la Culture, Miri Regev, a estimé dimanche que la présence de drapeaux palestiniens sur le dos des danseurs de Madonna pendant la finale de l’Eurovision était une « erreur ».

Agence France-Presse

« C’était une erreur, on ne peut pas mélanger la politique à un événement culturel, avec tout le respect que je dois à Madonna », a affirmé Mme Regev avant le conseil des ministres hebdomadaire.

Interrogée par des journalistes, la ministre qui n’a pas assisté à la finale de l’Eurovision samedi soir à Tel-Aviv a critiqué l’organisme de diffusion israélien Kan qui selon elle a failli à sa mission en laissant des drapeaux palestiniens apparaître à l’écran.

PHOTO ORIT PNINI, KAN VIA AGENCE FRANCE-PRESSE

Certains danseurs arboreraient des drapeaux israélien et palestinien dans leurs dos.

La star de la pop Madonna avait résisté aux appels au boycottage lancés à son adresse de la part de militants propalestiniens qui dénonçaient une entreprise culturelle visant selon eux à occulter les réalités du conflit israélo-palestinien.

Interrogée avant de se produire par les présentateurs sur le message qu’elle souhaitait adresser lors de l’Eurovision, Madonna a répondu : « Nous ne devons jamais sous-estimer le pouvoir qu’a la musique pour rassembler les gens ».

On ignore si elle était au courant du fait que certains de ses danseurs arboreraient peu après les drapeaux israélien et palestinien.

Par ailleurs, au moment de l’annonce des résultats, les membres du groupe islandais Hatari, connu pour leur opposition déclarée à l’occupation israélienne des Territoires palestiniens, ont déployé des banderoles aux couleurs palestiniennes, suscitant des sifflets dans le public.

Mme Regev a déploré que parmi les « cartes postales » présentant les candidats dans 41 lieux d’Israël, aucune n’avait été tournée en Cisjordanie, un territoire occupé par Israël depuis 50 ans.

Kan, le diffuseur israélien, a produit le concours de l’Eurovision avec l’Union européenne de Radio-télévision (UER).  

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a de son côté félicité son homologue néérlandais Mark Rutte pour la victoire du chanteur Duncan Laurence.

PHOTO JACK GUEZ, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le gagnant de l'Eurovision 2019, Duncan Laurence

« Félicitation Mark, félicitations aux Pays-Bas et à l’année prochaine à Amsterdam », a déclaré M. Nétanyahou avant la réunion de son gouvernement.

Les Pays-Bas et Duncan Laurence ont remporté dimanche avec la ballade « Arcade » la 64e édition du concours de l’Eurovision.

Favori des pronostics, il a devancé ses concurrents italien et russe pour apporter à son pays sa première victoire depuis 44 ans avec une ballade inspirée de la disparition d’un être cher.