Véritable Léonard de Vinci du DIY, trublion de la chanson franco et allergène pour radios FM, Jean-Philippe Fréchette fait suer les critiques depuis 15 ans avec son double musical Navet Confit.

Charles-Éric Blais-Poulin Charles-Éric Blais-Poulin
La Presse

Cette fois, c’est l’album-bilan Engagement, lutte, clan et respect qu’il faut circonscrire en un paragraphe.

Peine perdue. Contentons-nous de mentionner les deux minutes géniales de naïveté de Un quiz – «Quand je serai grand, je serai un quiz, qu’on regarde à l’heure du souper» –, l’humour et l’amour absurdes de la ballade grunge Merci monsieur le facteur ainsi que la dissonance et la distorsion massacrantes de Pourquoi es-tu fâchée comme ça.

Pour le reste, c’est du Navet Confit pur jus, quelque 35 minutes de bricolage plus ou moins heureux dans un bric-à-brac d’influences (punk, rock, no wave, électro, pop) et d’instruments désaccordés.

Dans la foulée de ce huitième disque, Jean-Philippe Fréchette fait paraître un recueil de textes et d’illustrations et présentera jeudi prochain un spectacle pluridisciplinaire au Théâtre Aux Écuries.

* * * 1/2 Rock indépendant. Engagement, lutte, clan et respect. Navet Confit. Lazy At Work.