Après le Salon de l'habitation, le Salon de l'auto et le Salon du livre, on a annoncé lundi la tenue d'un tout premier Salon de la musique, qui aura lieu du 7 au 9 juin au Stade olympique.

Mis à jour le 8 avr. 2019
Josée Lapointe LA PRESSE

Créé par une jeune femme d'affaires, Sara Tremblay-Moreau, dans le but de donner de la visibilité aux artistes d'ici, le salon offrira une trentaine de prestations d'artistes, dont plusieurs de la relève. On pourra donc y voir autant Laurence Nerbonne et 2Frères que Lili-Ann de Francesco et Antoine Lachance.

Parmi les exposants, on trouvera des marchands d'instruments, des disquaires, des écoles de musique ou de métiers liés à la musique, des agences de promotion. On annonce aussi des tables rondes et des conférences.

Sara Tremblay-Moreau a décidé de se lancer dans cette grande entreprise après avoir travaillé comme stagiaire à La Voix, Belle et Bum et Sucré Salé. «C'est un projet ambitieux, je prends des risques, mais je viens d'une famille d'entrepreneurs et je sais que tout est possible quand on travaille fort», dit-elle.

Sara Tremblay-Moreau s'est déjà associée à plusieurs partenaires, dont Guitares Godin, CKOI et l'agence de promotion Local9. Les maisons de disque, qui sont les premières concernées, ne sont pas encore impliquées dans le projet.

«Personne à La Tribu n'a entendu parler de cet événement», nous a par exemple répondu Marie Christine Champagne de La Tribu, qui s'occupe d'artistes comme Tire le coyote et Les Trois Accords.

Chez Audiogram, «un des artistes a été approché pour une prestation mais le timing n'était pas idéal pour lui», explique Léandre Guimond, coordonnateur aux communications. Et la maison de disques qui représente entre autres Daniel Bélanger et Salomé Leclerc n'ira pas non plus comme exposant. «On ne voit pas l'intérêt d'y présenter un kiosque», ajoute M. Guimond.

Pour Martin Véronneau, président de Local9, l'annonce de ce matin est le moment où les choses vont vraiment commencer à prendre forme. «Je crois que les maisons de disque seront présentes», a-t-il dit en marge de la conférence de presse. Il rêve d'un Record Store Day de trois jours où les gens pourront mettre la main sur des vinyles et rencontrer des artistes de tous les horizons.

Mais si au Salon du livre on est assuré de pouvoir rencontrer une Kim Thuy ou un Michel Tremblay, pourrons-nous faire signer nos disques par Vincent Vallières ou Coeur de pirate? «Si leur maison de disque n'est pas là, ce sera difficile», dit M. Véronneau.

Le tarif d'entrée sera de 18 $ pour les adultes, et de 16 $ pour les aînés, les étudiants et les enfants de 6 à 11 ans.