Osheaga n’a pas reçu beaucoup d’artistes montréalais ce weekend. Mais parmi ceux qui représentent l’âme locale, le MC Kaytranada le fait avec panache. Louis Kevin Celestin s’est fait un nom (de scène) à l’international. À Montréal, il est accueilli comme un prince.  

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

Sous le sobriquet Kaytranada, l’artiste né à Haïti a collaboré avec Anderson. Paak, Chance The Rapper, André 3000, Craig David, Alicia Keys, Mary J Blige… Dimanche, il a fait retentir certains de ses « bangers », mais a surtout joué dans le house hip-hop revisité.

La foule était dense quand le DJ s’est installé derrière ses platines. Le public était au rendez-vous pour un peu plus d’une heure de neo soul, d’électro-funk, de house et de hip-hop.

Sur des sons planants d’abord, la foule s’est gentiment dandinée durant la première demi-heure.

Mais l’ambiance décontractée a (heureusement) fait place à des beats hip-hop, pour un segment des plus effervescents. Cette fois, l’auditoire dansait pour de bon, même si la foule s’était un peu dispersée entre temps — Tame Impala allait faire son entrée à l’autre bout du site.

Sur la scène Verte du festival, le gagnant du prix Polaris 2016 a offert un spectacle en parfait crescendo : en fin de set, des milliers de personnes bondissaient et s’agitaient en tous sens sur les rythmes de Kaytranada.