KOKOKO ! résulte d’entrechoquements multidisciplinaires entre chanteurs (à commencer par Makara Bianco), créateurs d’instruments, interprètes autodidactes et le producteur électro Débruit. Y adjoignant ses propres équipements, cet artiste français a contribué à donner une cohésion à ce formidable chaos urbain, sans l’édulcorer.

Alain Brunet Alain Brunet
La Presse

À l’instar de Konono N1, Staff Benda Bilili et Mbongwana Star, voilà un autre projet déjanté de Kinshasa, concocté avec les moyens du bord pour les raisons qu’on imagine.

On y bidouille des instruments de fortune avec des matériaux recyclés (machines à écrire, boîtes de conserve, bouteilles de plastique, etc.), on y combine cette lutherie artisanale à des outils électroniques (instruments et logiciels), on enregistre le tout dans un studio construit à partir de tables de ping-pong, matelas et autres matériaux débusqués dans les gravats.

Ainsi, Fongala a été assemblé tel un « gigantesque casse-tête électronique » au cœur de la culture urbaine congolaise.

Une fois encore, la contrainte socioéconomique devient un catalyseur d’inventivité et d’innovation.

IMAGE FOURNIE PAR ROYAL MOUNTAIN RECORDINGS

Fongola, de KOKOKO !

★★★★

WORLD 2.0. Fongola. KOKOKO ! Royal Mountain Recordings

Écoutez l’album sur Bandcamp