Événement relaxe et familial, le concert du 1er juillet au Vieux-Port de Montréal a été marqué par l’énergie de Brigitte Boisjoli, la générosité de Ludovick Bourgeois, et les bons beats de KNLO.

Natalia Wysocka
collaboration spéciale

C’est au son de l’hymne national, interprété par Mélissa Bédard, que s’est ouvert le concert
du 1er juillet organisé dans le Vieux-Port de Montréal. De nombreux spectateurs étaient d’ailleurs équipés d’accessoires de choix pour célébrer le Canada : petits drapeaux, maquillage de feuille d’érable, t-shirts rouges, marijuana.

Pendant que la star de M’entends-tu ? chantait, un avion survolait les lieux, traînant à sa suite dans le ciel une banderole marquée d’une autre question, 
à savoir : « I Love You Marilou, Will You Marry Me ? » 

« Hiiii, c’est tellement romantique ! » se sont exclamées plusieurs personnes. (Pour le concept, soit. Pour le jour choisi, hum… Mais qui sait ? « Marilou I Love You » est peut-être plus 1er juillet que Saint-Valentin.)

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

C’est avec son énergie signature (lire : explosive) que Brigitte Boisjoli est entrée sur scène.
 « Y’en a tu qui me connaissent un peu ? Y’en a tu qui vivent leur vie à 100 milles à l’heure comme moi ? »

C’est avec son énergie signature (lire : explosive) que Brigitte Boisjoli est entrée sur scène.
« Y’en a tu qui me connaissent un peu ? Y’en a tu qui vivent leur vie à 100 milles à l’heure comme moi ? »

Toujours aussi enjouée, la chanteuse a ensuite présenté « une-des-premières-tounes-que-j’ai-jamais-composées-ça-vous-tente-tu-de-l’entendre ? »

Nous avons donc entendu Sans regrets, qui s’est gracieusement muée en reprise de Rolling in the Deep d’Adele.

« Il y en a qui connaissent Luc Plamondon ? » a alors voulu savoir la vocaliste, suggérant à ceux qui seraient tentés de répondre non de « quitter les lieux, s’il vous plaît ». Tandis que les gens restaient, elle a lancé L’homme de ma vie (dédiée au gars de la banderole ?).

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

BB a ensuite salué la qualité des musiciens accompagnant les artistes à l’affiche, et demandé
 aux spectateurs de donner « beaucoup d’amour et d’énergie à ces belles perruches ».

BB a ensuite salué la qualité des musiciens accompagnant les artistes à l’affiche, et demandé
 aux spectateurs de donner « beaucoup d’amour et d’énergie à ces belles perruches ». Quel drôle d’oiseau tout ce qu’il y a de plus charmant.

« Brigitte, elle a tout brûlé ! » a du reste remarqué KNLO en prenant le micro.

Accompagné de « Caro Dupont, mesdames et mesdames »,
 le MC et membre d’Alaclair Ensemble a notamment livré, au cours de la soirée, un bien bon
 Ça fait mal.

Il a aussi dit, ou plutôt rappé, Amadit. Une pièce tirée de Sainte-Foy, son plus récent long jeu faisant suite à Long Jeu.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Pascale Montreuil, également choriste durant le spectacle, s’est avancée pour interpréter Oughta Know, succès-souvenir de 1995 de la rockeuse ottavienne Alanis Morissette.

Quelques reprises ont résonné au cours de la soirée. Certaines nous ont semblé plus aléatoires (et probablement choisies pour leur popularité). Mais deux semblaient liées à l’événement célébré.

C’est ainsi que Pascale Montreuil, également choriste durant le spectacle, s’est avancée pour interpréter Oughta Know, succès-souvenir de 1995 de la rockeuse ottavienne Alanis Morissette.

Elle a également lié sa voix à Mélissa Bédard et à Brigitte Boisjoli pour l’immortelle Hallelujah de Cohen.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

« J’ai envie de vous faire participer, j’ai envie qu’on chante ensemble ! » a lancé d’emblée Ludovick Bourgeois.


Puis, il y a eu Ludovick Bourgeois, sa guitare et ses fans (qui étaient nombreux et forts en Voix). « J’ai envie de vous faire participer, j’ai envie qu’on chante ensemble ! » a-t-il lancé d’emblée.


Moult spectateurs ont comblé ladite envie, l’accompagnant dans le refrain de sa Desert Song
 et quelques morceaux de Maryanne.

Mais c’est quand il a joué les premières notes de Donne-moi ma chance que le spectateur à nos côtés s’est mis à crier : « Il fait des tounes de son père ! »

Et pas qu’une seule : des BB, Ludovick a aussi interprété T’es dans la lune et Fais attention. À l’attention
 du public, il a ensuite intimé de gueuler comme s’il n’y avait pas de lendemain, répétant  : « Y’en a pas, de lendemain ! »

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

C’est David Usher qui a clos le show avec The Music.

C’est David Usher qui a clos le show avec The Music. Le musicien établi à Montréal a également chanté qu’il était Alone in the Universe (c’est triste) et la ballade de circonstances St. Lawrence River.

Brigitte Boisjoli est ensuite remontée sur scène pour l’accompagner sur Black Black Heart, version bilingue habituellement jouée avec Marie-Mai (qui était à Ottawa hier).

Après un Forestfire, et tandis que des feux d’artifice explosaient dans le ciel, l’ex-leader de Moist a promis que Love Will Save the Day. (Mais il n’a pas précisé si ce « Day » était « Canada Day ».)