Chaque semaine, un musicien parle des chansons qui ont bercé sa vie. Cette semaine: Matt Holubowski.

JOSÉE LAPOINTE LA PRESSE

Après avoir donné des spectacles autant au Québec qu'aux États-Unis et en Europe depuis deux ans, Matt Holubowski mettra un terme à sa tournée Solitudes le 14 décembre au Corona, dans une soirée qui s'annonce forte en émotions. Il consacrera ensuite son temps au repos et à l'écriture de nouvelles chansons dès le début de 2019, dans le but de produire un troisième album... déjà attendu.

Une chanson qui représente bien la vie de tournée

Road Trippin' des Red Hot Chili Peppers

Californication est le tout premier CD que j'ai acheté. J'ai beaucoup écouté ce disque, et cette chanson en particulier, plus douce dans l'univers rock du groupe. Cette phrase, Road trippin' with my two favorite allies/Fully loaded we got snacks and supplies... Quand je pense à toute la route qu'on fait, dans une petite van, assis les uns par-dessus les autres avec du matériel et des sacs partout... Chaque fois qu'on s'arrête pour s'étirer et acheter des cochonneries, ça me rappelle cette chanson.

La chanson que tu aurais aimé écrire

Taro d'Alt-J

Il y a une chorale à la fin qui vient me chercher, c'est angélique. Je l'ai longtemps écoutée en la trouvant joyeuse, puis j'ai découvert qu'elle racontait une histoire tragique. Je trouve super intéressant comment ils juxtaposent un sujet noir sur une musique qui ne l'est pas nécessairement. Il y a aussi la chanson Hard Rain Is Gonna Fall de Bob Dylan, qui a été particulièrement poignante pour moi à une certaine époque. Elle décrivait toutes les choses que je vivais depuis des années et que je portais sur mes épaules sans pouvoir mettre les mots dessus.

Une chanson qui t'émeut à chaque fois

What's the use de Mac Miller

Je connaissais vaguement Mac Miller. J'ai vu la version live qu'il a faite de What's the Use sur NPR peu de temps avant de mourir. Il y a du génie dedans, c'est incroyable. C'est une toune vraiment cool, ça groove tellement. Mais quand tu sais la suite et que tu écoutes les paroles... c'est encore plus émouvant. Ce gars qui avait de l'attitude, ce tough guy qui rappait, qui arrive avec une thématique complètement à côté de ce que tu pourrais t'attendre du genre... Dans les dernières semaines, on a dû l'écouter 1000 fois dans le truck, et cette version-là justement.

Un artiste qui t'impressionne sur scène

Seasons des Future Islands

Je les ai vus quand ils ont fait la chanson Seasons à David Letterman. C'est ça qui avait fait exploser leur carrière, mais c'est le genre de situation où tu ne sais pas si c'est la meilleure ou la pire affaire que tu as vue de toute ta vie. Le chanteur a l'air un peu geek, mais sa voix, sa façon de danser, de se frapper pendant qu'il chante, il a l'air de vivre tellement d'affaires, c'est hallucinant. Je les ai vus à Osheaga cet été et c'était totalement à la hauteur de mes attentes. Ce gars a une émotion pure quand il chante.

La première chanson que tu as maîtrisée à la guitare 

Seek and Destroy de Metallica

J'ai suivi des cours de guitare juste pour apprendre cette chanson-là. J'avais cette obsession, et une fois que je l'ai sue, j'ai dû la jouer pendant trois mois non-stop - en fait, je l'ai tellement jouée que je ne peux plus vraiment l'écouter maintenant. Après, j'ai voulu apprendre Master of Puppets, mais celle-là, je ne l'ai jamais maîtrisée ! À un moment, mon prof a voulu aller plus loin dans la théorie, mais j'ai dit non, je ne reviens plus. Je n'ai jamais repris de cours de guitare, le reste s'est fait naturellement.

La chanson de ton répertoire que tu préfères interpréter sur scène

The Weatherman (or, the Felonies are Magnets on my Coat)

C'est difficile de répondre parce que ça évolue. Une que j'aime, c'est The Weatherman, qu'on a faite cet été avec une section de cordes en plus. Il y a une ascension pendant le refrain que j'aime beaucoup. En plus, je ne fais pas grand-chose à la guitare, alors c'est vraiment facile, je peux l'écouter et la vivre. Mais en ce moment, ce sont les nouvelles chansons que je préfère faire, parce que c'est tout frais. On les change, il y a des modulations qui se passent tout le temps. Elles ne savent pas comment exister, elles sont comme des ados, jusqu'à ce qu'elles trouvent leur personnalité.