L'écoute en continu - le streaming, si vous préférez - est devenue un phénomène incontournable, ces dernières années. Notre façon de consommer de la musique s'en trouve profondément transformée. Compositeurs, paroliers, producteurs et réalisateurs s'adaptent tant bien que mal, tandis que l'économie qui les entoure se transforme. Allons voir où nous en sommes aujourd'hui... en sept volets.

Mis à jour le 6 sept. 2018
Alain Brunet LA PRESSE

520 millions

Quelle plateforme d'écoute musicale compte le plus d'utilisateurs? Plus de 83 millions d'utilisateurs dans le monde ont un abonnement mensuel payant à Spotify, pour un total de 180 millions d'utilisateurs, en incluant ceux qui évitent les frais d'abonnement. Chez Apple Music, on a atteint le plateau de 40 millions d'abonnements payants en avril 2018. Du côté de YouTube, 520 millions d'utilisateurs ont regardé un contenu voué à la musique en juillet dernier, soit 40 % des 1,3 milliard d'utilisateurs de la plateforme. Ainsi, YouTube est de loin la plus importante en matière de consommation musicale.

377 milliards

En 2017, l'écoute en continu a franchi le cap des 377 milliards de clics. C'est 127 milliards de plus que l'année précédente. Cette habitude éclipse toutes les autres ayant trait à la consommation musicale, l'offre est sans précédent. Plateforme par excellence sur la Toile, Spotify compte plus de 30 millions de chansons et met 20 000 nouveaux titres chaque jour à la disposition de ses utilisateurs, tandis qu'Apple Music se targue d'avoir une discothèque de 40 millions de morceaux.

54 %

Dans le monde entier, la part numérique des revenus de la musique était de 54 % au début de 2018, alors qu'elle représentait 50 % l'année précédente. Assurément, l'explosion de l'écoute en continu (elle a connu une progression de 60,4 % en 2016 et de 41 % en 2017) est le principal facteur de cette croissance. Pendant ce temps, la vente des contenus musicaux a décliné sur tous les fronts: le téléchargement de fichiers musicaux a reculé de 20,5 % et les supports physiques ont poursuivi leur déclin amorcé en 2000, reculant de 5,4 % de 2017 à 2018.

De 60 à 70 %

Un peu plus de la moitié des consommateurs sondés par la Digital Music Alliance en 2018 affirment avoir remplacé les albums par des listes d'écoute dans leurs habitudes de consommation musicale. Pour reprendre l'exemple de Spotify, les listes représentent de 60 % à 70 % de l'écoute globale sur la plateforme. Deux milliards de listes d'écoute ont été produites sur Spotify, soit par les algorithmes de référencement, soit par les utilisateurs eux-mêmes, ou encore par une centaine de curators au service de l'entreprise. Toutefois, ces fameux algorithmes ont un effet pervers chez le consommateur de musique, car ils produisent chez lui une impression tronquée de la découverte et figeant du même coup sa curiosité.

13,25 milliards

Champion du streaming, le rappeur canadien Drake compte en moyenne 63 millions d'écoutes par mois, totalisant 13,25 milliards d'écoutes depuis ses débuts. Suivent le chanteur folk/pop anglais Ed Sheeran, avec 9,12 milliards de clics, le chanteur pop/R & B canadien Justin Bieber, avec 8,7 milliards, et le rappeur américain Post Malone, avec 5,91 milliards. En 2015, plus d'une centaine de chansons avaient été écoutées plus de 100 millions de fois en continu, alors que 400 chansons avaient franchi ce cap en 2017. Même que l'an dernier, 19 chansons (dont 17 de hip-hop/R & B) ont dépassé les 400 millions de clics. Les tubes seraient donc plus nombreux, plus considérables... et entonnés par un nombre infinitésimal de superstars.

0,003162 $

Pour un million de clics sur Spotify, la chaîne de production d'un titre touche autour de 7000 $. Plus précisément, une chanson rapporte à l'artiste et son équipe 0,003162 $ par clic - cela peut varier toutefois, dépendant du style ou de la popularité de l'artiste. Les quelques centaines de chansons ayant dépassé les 100 millions de clics en 2017 constituent une infime minorité et de toute évidence, la croissance du streaming n'avantage qu'une poignée de multimillionnaires et appauvrit l'ensemble de la communauté artistique planétaire. 

2,887 milliards

Contrairement à ce qu'on peut croire, les plateformes d'écoute peinent à garder la tête hors de l'eau, sauf les services YouTube et Stingray, qui sont rentables vu l'infime rémunération destinée aux contenus hébergés et les revenus importants engrangés. Avant son entrée en Bourse au printemps 2018, le déficit cumulé de Spotify était estimé à 2,427 milliards d'euros, soit 2,887 milliards US. En Bref, Spotify n'a JAMAIS été rentable depuis sa création. Si l'industrie de la musique connaît une certaine croissance grâce au streaming et ses superstars... qu'adviendrait-il si le modèle s'écroulait?