Le prochain album d'Yves Lambert Trio, Tentation, sortira vendredi prochain. Le groupe sera ensuite en spectacle le 6 octobre à Québec et le 7 octobre à Rigaud. Une tournée au Québec est également prévue pendant le temps des fêtes. Depuis 42 ans, avec Yves Lambert Trio et La Bottine souriante, le chanteur et multi-instrumentiste est devenu l'une des grandes vedettes de la musique traditionnelle au Québec.

Mis à jour le 18 août 2018
VÉRONIQUE LAUZON LA PRESSE

Quelle chanson vous rappelle votre enfance?

Da Giovanni

«Ma grand-mère était organisatrice de voyages en autobus et cette chanson me rappelle mes voyages avec elle. Nous arrêtions chez Da Giovanni manger un spaghetti en revenant, le dimanche après-midi. J'avais 7-8 ans, c'était mes premiers voyages. Je me souviens d'avoir entre autres visité le champ de patates de Rigaud. J'en ai fait plusieurs à l'époque.»

Quelle chanson auriez-vous aimé écrire?

La danse à St-Dilon de Gilles Vigneault

«Ça, c'est fort! Ça, ça rentre au poste! Ça, c'est le Québec d'une façon très onirique, excessive. C'est un peu mon métier aussi de valoriser le caractère québécois, parce que des fois, on se fait pas mal rentrer dedans. Avec raison d'ailleurs! Mais faut se valoriser aussi, comme dans cette chanson où la joie de vivre du québécois est là. Je voyage partout dans le monde et il ne faut pas oublier que le Québécois a un bon fond.»

Une chanson qui vous fait pleurer?

Voir un ami pleurer de Jacques Brel

«Ça rentre dedans cette chanson-là! J'ai toujours aimé Jacques Brel dans mes périodes existentielles. Surtout plus jeune, quand je ne filais pas, je m'asseyais et je mettais ça. Oh que j'entrais dans le noir et la tristesse! J'aimais me complaire dans la tristesse! Ce n'est pas une destination rigolote et tu ne veux pas y aller souvent. Mais quand je suis là, je vis pleinement l'émotion et je braille.»

Quelle chanson préférez-vous interpréter sur scène?

La poule à Jean-Paul d'Yves Lambert

«Sur mon nouvel album, je fais une reprise de ma chanson. Et je l'aime beaucoup, parce qu'elle est encore folle. Ça fait 35-40 ans que je la fais, et là, j'en ai fait une version plus rock. J'aime le ton, l'état d'esprit. On me demande souvent pourquoi je fais encore de la chanson traditionnelle en 2018. Cette semaine, le Vatican a encore été accusé d'avoir protégé des prêtes. Et bien, cette chanson parle du problème du célibat chez les curés. C'est ça que ça permet de faire la chanson traditionnelle; on peut toucher des sujets extrêmement délicats, sans que ça paraisse trop.»

Quelle chanson aimez-vous interpréter autour d'un feu de camp?

Little Sadie de Doc Watson

«C'est une chanson anglophone que j'aime beaucoup, très country et très nature. Ça, c'est beau! C'est un classique folk américain. Ça va faire partie d'un projet d'album que j'ai avec un producteur américain. C'est rare que je fasse des chansons en anglais, mais je le fais pour ce projet. C'est sûr que ça se chante bien autour d'un feu de camp.»

Votre chanson préférée dans le répertoire musical traditionnel québécois?

Carême et mardi gras de Michel Faubert

«Ça, c'est bon! Le thème est écoeurant: la rencontre du Carême et du Mardi gras. Les deux pôles qui se rencontrent. L'abondance versus le sacrifice. J'en avais fait une aussi, L'Ivrogne et le pénitent avec Éric Lapointe, qui est sur la même thématique. Ça aussi, c'est une autre bonne chanson. C'est le pénitent qui essaie de convaincre l'ivrogne d'arrêter de boire. Mais plus il essaie de le convaincre, moins il arrête! Le thème du sacrifice et du plaisir me rejoint beaucoup.»