• Accueil > 
  • Arts > 
  • Musique 
  • > Allégations d'inconduites sexuelles : Hedley dénoncé sur les réseaux sociaux 

Allégations d'inconduites sexuelles : Hedley dénoncé sur les réseaux sociaux

Publicité

Le populaire groupe canadien Hedley est visé par des allégations d'inconduites sexuelles. Depuis quelques jours, de nombreux utilisateurs, souvent anonymes, dénoncent sur Twitter les membres du quatuor pop rock. En réaction, des radios ont décidé de boycotter le groupe, l'organisation des prix Juno a annulé sa performance au prochain gala et ses spectacles au Québec sont remis en question. Quant à la formation, elle rejette des allégations «sans fondement».

Des allégations anonymes

Depuis le début de la semaine, une personne qui utilise le pseudonyme @_cndnpsycho sur Twitter a envoyé plusieurs messages au groupe canadien Hedley en expliquant qu'elle n'était plus une grande admiratrice de la formation: «C'est dommage que vous ayez merdé et que Jake [le chanteurJacob Hoggard] soit un sale type.» Elle a en outre incité les femmes qui avaient vécu des histoires d'inconduites sexuelles de la part des musiciens à s'exprimer haut et fort en utilisant le mot-clic #outhedley2K18. Elle affirme quant à elle que le chanteur «a déjà touché [s]es fesses lorsqu'[elle prenait] un verre avec eux et qu'il avait trouvé ça hilarant». Son message a été entendu et de nombreuses femmes, souvent sous le couvert de l'anonymat, ont raconté leur expérience. Plusieurs d'entre elles disent qu'elles étaient mineures lors des événements allégués.

Le groupe dément

Hier après-midi, le groupe a brisé le silence et répondu aux allégations sur sa page Facebook. Il a d'abord applaudi le mouvement #moiaussi et les discussions qu'il provoque. «Nous croyons que ces conversations sont particulièrement importantes dans l'industrie de la musique, où les femmes n'ont pas toujours été traitées avec le respect qu'elles méritent», peut-on lire. La formation qualifie toutefois de «non fondées» et «non validées» les allégations publiées à son propos sur les réseaux sociaux. Si les membres du groupe admettent qu'ils ont jadis vécu un mode de vie qui «incorporait certains clichés du rock and roll», ils affirment «qu'il y a une ligne qu'ils n'ont jamais franchie». Le groupe conclut qu'il reconsidérera certaines étapes à venir. 

Les répercussions

Habitué des prix Juno, Hedley est en lice pour trois prix (groupe de l'année, prix du public et album pop de l'année) au prochain gala, qui aura lieu le 25 mars à Vancouver. La formation devait également y offrir une performance musicale. Cependant, devant les allégations d'inconduites sexuelles, les organisateurs ont annoncé hier après-midi «qu'après avoir examiné consciencieusement la situation et discuté avec les membres du groupe», celui-ci n'allait pas s'y produire. Pour l'instant, le quatuor garde tout de même ses trois sélections.

Le groupe ne se produira pas comme prévu... (photo Chris Young, archives la presse canadienne) - image 2.0

Agrandir

Le groupe ne se produira pas comme prévu au gala des prix Juno.

photo Chris Young, archives la presse canadienne

Des radios ont également signifié leur malaise. La station HOT 107 d'Edmonton a tweeté qu'elle cessait de diffuser la musique du groupe jusqu'à nouvel ordre: «À la lumière des nouvelles concernant Jacob Hoggard de Hedley, HOT 107 ne peut pas soutenir la musique du groupe, et ce, que ces allégations soient vraies ou fausses.»

Du côté d'evenko, qui copromeut deux spectacles qui auront lieu dans les prochains jours au Québec, soit le 21 février à la Place Bell de Laval et le 26 au Centre Vidéotron de la Vieille Capitale, les allégations sont prises au sérieux. «Nous discutons avec le copromoteur Live Nation et nous prendrons une décision rapidement», a expliqué Philip Vanden Brande, d'evenko. 

Malaise dans le monde musical

Questionné sur le sujet, l'auteur-compositeur-interprète Alexandre Désilets encourage les personnes à dénoncer les agressions et le harcèlement sexuels, notamment dans le milieu musical. «Je suis juste inquiet sur le retour du balancier. Est-ce que les médias sociaux sont devenus une plateforme où nous pouvons tout dénoncer au grand jour? Des gens peuvent avoir de mauvaises intentions et ça peut devenir dangereux, tout ça», dit-il. 

Même son de cloche du côté du propriétaire du Beachclub, Olivier Primeau. Tout en appuyant le mouvement #moiaussi, il ressent un certain malaise face aux allégations sous le couvert de l'anonymat. «Il faut que les accusations soient faites en bonne et due forme. Pas par un tweet anonyme», dit-il. Depuis l'été dernier, puisqu'il veut éviter qu'un scandale éclabousse son entreprise, aucun artiste ne peut rester bien longtemps après sa prestation. «Le mot d'ordre est qu'ils peuvent prendre un drink et signer des autographes, mais ensuite, ils doivent quitter», dit Olivier Primeau. 

Pour le président de Local 9, Martin Véronneau, qui assure la promotion radio de plusieurs artistes, les musiciens doivent respecter leurs fans et il y a des «limites à ne pas franchir». Mais il ajoute se méfier des débordements que les dénonciations anonymes sur les réseaux sociaux peuvent avoir sur la carrière des chanteurs et groupes. 

Qui est Hedley?

Depuis ses débuts en 2004, Hedley a vendu plus de 1 million d'albums et a reçu de nombreux prix, dont 11 Much Music Video Awards et 2 prix Juno. Les quatre membres du groupe (Jacob Hoggard, Dave Rosin, Tommy Mac et Jay Benison) tournent beaucoup au Canada. Ils devraient d'ailleurs être au Québec la semaine prochaine. Le groupe, originaire de Vancouver, a déjà fait une tournée avec Simple Plan et a assuré la première partie de Bon Jovi au Canada en 2007.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer