Source ID:; App Source:

Dr Dre: de rappeur gangsta à milliardaire

Le rappeur américain Dr Dre (sur la photo)... (PHOTO ADAM HUNGER, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le rappeur américain Dr Dre (sur la photo) a créé Beats en 2008 avec l'homme d'affaires et producteur Jimmy Iovine.

PHOTO ADAM HUNGER, ARCHIVES REUTERS

Erika Peter
La Presse

Fuck the Police, c'est ainsi qu'en 1998, Andre Romelle Young, plus connu sous le nom de Dr. Dre, un Dj devenu rappeur, s'est présenté au monde. Aujourd'hui, le rappeur a plus les allures d'un homme d'affaires après avoir vendu son entreprise Beats à Apple pour la modique somme de 3 milliards de dollars.

Andre Young était tout sourire aux côtés de Tim Cook, le PDG d'Apple, après l'annonce officielle du rachat de sa compagnie mercredi. Et il y a de quoi, non seulement le rappeur s'apprête à devenir le premier milliardaire du monde du hip-hop avec une fortune estimée à 800 millions de dollars selon Forbes, mais ses revenus continueront d'augmenter puisque Apple a confirmé son embauche, ainsi que celle de son associé Jimmy Iovine, à titre de conseillers.

Grâce à une stratégie marketing bien maitrisée, l'artiste s'est construit un empire. Beats représenterait 65 % de part du marché des casques et écouteurs haut de gamme. Mais comment l'artiste en est arrivé là ?

WEST COAST MUSIC

Tout commence dans les rues d'une des villes les plus meurtrières de la Californie dans les années 80, Compton, dans le sud de Los Angeles. Après une brève carrière de DJ, Dr. Dre forme le groupe NWA avec Ice Cube et Eazy-E et sort un premier album Straight Outta Compton, en 1988. L'impact est immédiat. Les chansons, jugées violentes - comme Fuck the Police - sont censurées, mais permettent aux membres du groupe de se créer une solide réputation dans un nouveau genre de musique rap appelé le gangsta rap.

En 1991, Dr. Dre quitte NWA et participe à la création du label Death Row Records, sur lequel il publie son premier album solo, The Chronic, en 1992. L'ascension du rappeur commence. Son album rencontre un grand succès commercial, il produit le tout premier album de Snoop Doog, DoggyStyle en 1993, et participe à la réussite de celui qui deviendra la légende du rap « West Coast », Tupac Shakur. Après le succès de la chanson California Love, en collaboration avec ce dernier, Dr. Dre, quitte Death Row et fonde son label Aftermath Entertainment.

En créant son label en 1996, le rappeur commence à travailler avec Jimmy Iovine, le cofondateur d'Intercope Records, la compagnie qui distribue les productions d'Aftermath Entertainment.

D'EMINEM À KENDRIC LAMAR

Petit à petit, Dr. Dre quitte sa carrière d'artiste solo et se consacre à la production. Mais le meurtre de Tupac Shakur affecte le hip-hop « West Coast » et les ventes d'albums sont faibles.

En 1999, Dr. Dre sort son second et dernier album solo, 2001, son plus grand succès commercial qui lui aura valu six disques de platine. Grâce à cet album, sa réputation de producteur talentueux se solidifie. Mais c'est lorsqu'il rencontre Eminem, que Dr. Dre signe l'un des meilleurs contrats de sa carrière. De l'album The Slim Shady en 1999 à The Marshall Mathers LP 2, Dr. Dre produit huit albums d'Eminem, qui rencontrent chacun beaucoup de succès.

Le producteur poursuit son ascension et contribue au succès d'artistes tels que 50 Cent, The Game ou encore Kendric Lamar.

L'AVENTURE BEATS

Dr. Dre devient officiellement un homme d'affaires lorsqu'il crée Beats Electronics avec Jimmy Iovine en 2006.

Grâce à son nom, mais surtout grâce au sens du marketing des deux associés, la marque rencontre beaucoup de succès. Portés par de nombreuses stars de la chanson et du sport - telles que Lady Gaga, LeBron James ou encore Sean Combs - les casques colorés sont rapidement devenus un véritable accessoire de mode. Les entrepreneurs réussissent ainsi à populariser la marque haute gamme (de 169,95 $ à 399,95$ pour un casque Beats by Dr. Dre).

Le succès encourage le duo à diversifier la marque en lançant Beats Music, un service de streaming disponible aux États-Unis, qui fait concurrence à Spotify.

En acquérant Beats, Apple s'assure des ventes, grâce aux casques rentables et branchés, mais l'entreprise montre clairement son désir de conquérir le monde du streaming, puisque Beats propose des services intéressants, qui pourraient relancer les ventes d'iTunes. Affaire à suivre.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer