Le Canada aurait fermé la porte à Coolio. Le rappeur américain a annulé son concert qui devait avoir lieu au Cabaret du Mile End à Montréal, le 26 juillet prochain.

François Van Hoenacker LA PRESSE

Coolio, le rappeur notamment connu pour sa chanson Gangsta's Paradise, se serait vu refuser l'entrée au pays par l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). C'est du moins ce qu'affirme son gérant. Ses spectacles à Montréal de même qu'à Québec, Toronto et Ottawa sont donc annulés.

Selon son gérant, Blair «Goast» Bryson, Coolio n'a pu entrer au pays en raison d'une affaire remontant à 1998. À l'époque, Coolio, dont le vrai nom est Artis Leon Ivey Jr., avait été accusé d'avoir dissimulé une arme semi-automatique dans sa voiture. Il avait plaidé coupable dans cette affaire. Depuis, le chanteur a par ailleurs connu plusieurs démêlés avec la justice et plaidé coupable dans une histoire de possession de cocaïne, en 2009.

Une «vieille affaire»

Le gérant de l'artiste n'a pas donné suite à nos demandes d'entrevue. Toutefois, dans une entrevue accordée à la CBC, ce dernier soutient ne pas comprendre ce qui se passe. «Ce qui s'est produit en 1998 est une vieille affaire, a affirmé le gérant. Coolio est entré au Canada plusieurs fois au cours des 15 dernières années, et [le pays] n'en a jamais fait un plat auparavant.»

La Presse a contacté l'Agence des services frontaliers (ASFC). Toutefois, l'ASFC a refusé de confirmer ou de commenter ces informations, ajoutant qu'elles ne peuvent être rendues publiques, sinon avec le consentement de la personne visée.

Un producteur «déçu»

L'un des producteurs des spectacles au Canada s'est dit déçu par ces annulations. «J'avais contacté son agence et j'avais demandé qu'on me confirme qu'il pouvait entrer au Canada», souligne le Montréalais Nick Guérin, propriétaire de Dungeon Works Productions. «On m'avait assuré que je ne devais pas m'inquiéter», raconte-t-il. Celui-ci attend toujours une réponse de l'agence qui doit lui rembourser son acompte. «Ce n'est pas un petit montant, c'est dans les quatre chiffres.»

La déception est également palpable au Cabaret du Mile End, où devait se présenter le rappeur le 26 juillet. «Les promoteurs espéraient jusqu'à la toute dernière minute que le spectacle puisse avoir lieu», explique en entrevue la responsable des communications Valérie Quesnel. «C'est certain que c'est dommage pour nous», laisse-t-elle tomber.

Selon cette dernière, toutes les personnes qui ont acheté leur billet via le Réseau Admission seront remboursées, tout comme celles qui ont acheté leur billet par l'entremise du Cabaret du Mile End.