Cinq ans après son fameux concert de retrouvailles à Londres, Led Zeppelin a lancé récemment le coffret Celebration Day, qui témoigne de l'événement. À l'époque, pas moins de 20 millions de fans avaient participé à un tirage au sort dans l'espoir d'assister en personne à ce show inespéré de Plant, Page, Jones et Bonham fils.

Alain de Repentigny LA PRESSE

Pourquoi avoir attendu cinq ans avant de commercialiser le film/DVD/CD double de ce spectacle? Les principaux intéressés ne l'ont pas vraiment expliqué même si les occasions de le faire n'ont pas manqué récemment.

Le week-end dernier, les trois ex-Led Zep ont été honorés par le président Obama au gala du Kennedy Center, l'une des récompenses artistiques les plus prestigieuses aux États-Unis. Lundi, ils étaient de passage au talk-show de David Letterman où il n'en a pas non plus été question. Pas plus d'ailleurs que lors des conférences de presse à Londres et à New York pour faire la promotion de Celebration Day, en octobre.

En fait, LA question que tout le monde avait sur le bout des lèvres était la suivante: allez-vous enfin repartir en tournée? Une question tout à fait légitime tellement cette virée rock éclipserait toutes les autres dans le livre des records. À New York, Plant a traité de schmuck le journaliste qui a osé évoquer cette possibilité et Page, plus poli, a souligné que si Led Zep avait eu à renaître de ses cendres, il l'aurait fait dans la foulée du concert triomphal d'il y a cinq ans plutôt qu'aujourd'hui.

En décembre 2007, Page et Jones auraient bien voulu que cette aventure d'un soir se poursuive. Le fils Bonham aussi, qui nous l'avait dit clairement dans les coulisses du Métropolis après un concert de son groupe Led Zeppelin Experience. Mais voilà, monsieur Plant ne voulait pas. Parce qu'il était déjà en tournée avec Alison Krauss, que Led Zep ne saurait exister sans son ami d'enfance le regretté John Bonham et que, de toute façon, il n'avait consenti aux retrouvailles de décembre 2007 que pour rendre hommage à Ahmet Ertegun, le fondateur des disques Atlantic, qui avait fait confiance aux quatre jeunes Anglais en 1968.

Page, Jones et Bonham fils ont répété avec d'autres chanteurs, mais cette expérience n'a pas eu de suite.

Led Zep et Genesis

Robert Plant est à Led Zeppelin ce que Peter Gabriel était au Genesis première époque, un autre groupe mythique dont les fans espèrent la renaissance. Le même Gabriel qui a rencontré les autres ex-Genesis à Glasgow en novembre 2004 dans le but de refaire le spectacle The Lamb Lies Down On Broadway qui devait être filmé pour la postérité, avant de se désister. «Il nous a dit qu'il avait un album à terminer et qu'une tournée suivrait, mais ça fait trois ans et il ne s'est rien passé. C'est Peter...», avait commenté en substance son ami d'enfance Tony Banks en 2007 lorsque nous avions évoqué cette rencontre. L'ironie de la chose c'est que depuis 10 ans, Gabriel passe son temps à replonger dans son passé avec des versions orchestrales de ses chansons et le récent spectacle pour les 25 ans de l'album So.

Gabriel, justement, était au O2 Arena de Londres le 10 décembre 2007. Pas plus tard que l'an dernier, il me disait combien il avait aimé le show et il avait été impressionné par le fils Bonham. Or, contrairement au Genesis d'avant 1975, Led Zeppelin a aujourd'hui un document visuel attestant de la vitalité de sa musique des décennies après le fait.

Celebration Day en est la plus belle preuve. Quand il a été montré au cinéma en octobre, j'ai vu des spectateurs applaudir et crier leur ravissement dès les premières mesures de Good Times Bad Times. Le réalisateur Dick Carruthers ne nous inflige pas les à-côtés superflus trop souvent associés à ce genre d'entreprise (les coulisses, les vox pop à la sortie...). Il se contente de nous montrer la bête dans toute sa puissance, avec quelques rares images de spectateurs transfigurés. Seule coquetterie de réalisateur: l'intégration au montage d'images captées par des caméras super-8.

Le son, quelque peu retouché reconnaissent les principaux intéressés, est évidemment plus net et la voix de Plant plus impressionnante que sur place. Mais jamais je n'oublierai la sensation physique bien réelle de cette musique qui te traverse le corps sur le plancher du O2 Arena.

On peut se procurer la version DVD ou Blu-Ray de Celebration Day qui comprend également les deux CD du spectacle. Les plus maniaques voudront peut-être acheter la version enrichie avec un DVD supplémentaire montrant la générale au studio Shepperton quatre jours avant le spectacle. Filmé par une caméra fixe, ce DVD prouve hors de tout doute que même sans public, le Led Zep de 2007 a pris son job au sérieux. Quand, après Since I've Been Loving You, Plant dit à son équipe «je ne pense pas qu'on ait joué ça aussi bien depuis 1910», on sait qu'il exagère à peine.

_______________________________

Celebration Day, de LED ZEPPELIN

* * * *

Swan Song/Atlantic

> Blu-Ray (ou DVD) + 2 CD

> Blu-Ray (ou DVD) + 1 DVD + 2 CD

> 2 CD