Six ans après Un moment ma folie, Amélie Veille est de retour avec Mon coeur pour te garder, un album à saveur estivale réalisé par Éric Goulet. Elle poursuit également sa tournée avec Maxime Landry en tant que musicienne et choriste et sera du spectacle d'humour Cher journal présenté du 12 au 24 juillet dans le cadre du festival Juste pour rire.

Stéphanie Vallet LA PRESSE

Q : Dans quelle veine s'inscrit ce troisième album?

R : Je suis la même fille, mais cet album est moins mélancolique. On me dit souvent que je personnifie la fraîcheur, la spontanéité, et c'est ce côté lumineux que j'ai voulu faire ressortir. Il y a de la bonne humeur dans Mon coeur pour te garder: j'ai pris conscience de la vulnérabilité des choses de la vie et mes chansons parlent beaucoup d'espoir et même de désir, car il faut en profiter!

Q : Pourquoi avoir repris Mon coeur pour te garder, chanson popularisée par Noëlle Cordier en 1977?

R : J'ai envie de la reprendre depuis l'époque où j'étais disquaire à Montréal. On me la demandait souvent, mais elle n'était disponible sur aucun enregistrement. C'est une chanson que j'aime depuis que je suis toute petite, mais je n'avais jusqu'ici ni l'angle ni le vécu pour la reprendre. La mélodie est légère, mais les paroles sont profondes. Ça parle surtout de recommencer à zéro quand on a tout perdu. L'automne dernier, l'action Occupons Montréal m'a profondément touchée et j'ai fait un lien avec cette chanson.

Q : Comment est venue l'idée d'Un pays entre nous dédiée à Pauline Julien et Gérald Godin?

R : J'étais absorbée par la biographie de Pauline Julien et en discutant avec Alexandre Belliard, il m'a proposé d'écrire une chanson sur sa relation avec Gérald Godin. On s'est inspirés d'un livre qui a pour titre La renarde et le mal peigné, un recueil de leurs correspondances pendant 20 ans.

Q : Pourquoi avoir choisi de travailler avec Éric Goulet?

R : D'abord parce qu'on est complémentaires. Ça fait une dizaine d'années que je fais de la musique, je connais mes forces et faiblesses. Je suis une artiste très minutieuse quand j'enregistre, je suis très rigoureuse. Il faut que la bonne note soit à la bonne place et que ce soit parfait! Souvent, ça nuit à la spontanéité de la toune et j'en ai pris conscience. Éric, lui, va plutôt chercher l'essence de la chanson. Il m'a fait avancer et ça m'a obligée à lâcher prise. C'est un réalisateur sensible qui n'a pas un ego surdimensionné.

___________________________________________________________________________

CHANSON. AMÉLIE VEILLE. Mon coeur pour te garder. Artic.