Huit ans de silence discographique. Dix années marquées d'importants mouvements de personnel. Plusieurs Noëls sans tournée du temps des Fêtes. La Bottine souriante semblait usée à la corde. La revoilà pourtant, luisante comme un sou neuf.

Alexandre Vigneault LA PRESSE

La vie n'a pas été facile pour La Bottine souriante depuis le départ de Michel Bordeleau et Yves Lambert en 2002. Ces dernières années, chaque fois que La Presse prenait des nouvelles du groupe auprès du trompettiste Jocelyn Lapointe, un doute s'installait quant à sa pérennité. Ses lacets se sont finalement avérés plus résistants qu'on ne le croyait.

Quand on l'a eu au bout du fil, lundi après-midi, Jocelyn Lapointe se trouvait à Québec où La Bottine souriante jouait le soir même pour souligner la sortie de son premier album en huit ans, Appellation d'origine contrôlée. «Enfin!», a commenté le trompettiste. Il était visiblement content et semblait soulagé d'avoir - enfin! - mené ce projet de disque à terme.

Deux jours plus tard à La Tulipe, le guitariste et chanteur Éric Beaudry n'a pas nié les difficultés des dernières années. Il a toutefois assuré avoir toujours cru que La Bottine souriante finirait par se remettre sur pied. «Il y a toujours eu une volonté de garder ce groupe-là vivant et un plaisir à le faire, assure-t-il. Les murs sont solides, malgré tout.»

Pourtant, le groupe a été ébranlé jusque dans ses fondations au cours de la dernière décennie. En 2002, il a perdu deux de ses piliers: Yves Lambert et Michel Bordeleau. Des deux jeunes appelés en renfort en 2003, il ne reste plus qu'Éric Beaudry - Pierre-Luc Dupuis est parti en 2008. Régent Archambault (arrivé en 1988) et André Brunet (arrivé en 1997) ont aussi délaissé la formation.

«C'est sûr que ça déstabilise», convient Éric Beaudry, qui continue de travailler avec Pierre-Luc Dupuis et André Brunet au sein du trio De temps antan. La Bottine souriante a dû retrouver sa cohésion interne. «Ce n'était pas aussi déconstruit que les gens pouvaient le penser», précise cependant Benoît Bourque, qui s'est joint au groupe en 2008, après avoir notamment joué au sein de Matapat et Le Vent du Nord.

Les temps étaient durs, mais le moral n'était pas au plancher. «Même si on faisait juste 10 spectacles par année, c'était 10 bons spectacles», fait valoir le guitariste, en précisant que ses collègues et lui ont toujours eu du plaisir à se retrouver au sein de cet ensemble.

Groove percussif

Sur Appellation d'origine contrôlée, on retrouve La Bottine telle qu'on l'a connue et aimée depuis la fin des années 80: reels énergiques, chansons à répondre et à danser, cuivres bien astiqués et pétants de bonne humeur. «La Bottine, à la base, c'est un groupe de fête. Il faut que ça bouge, que ça déménage sur scène, alors le répertoire doit tendre vers ça», justifie Éric Beaudry.

Ce son devenu classique est rehaussé ici par la présence de la danseuse Sandy Silva dont la danse percussive a été intégrée de manière plus organique que jamais au groove de La Bottine. «On a trouvé une manière de l'impliquer et de mieux l'entendre sur disque», expose Éric Beaudry, qui précise que certains morceaux ont carrément été construits sur des idées rythmiques apportées par la danseuse.

L'autre détail qui titille et étonne l'oreille est cet instrument de percussion qu'on n'ose pas confondre avec le balafon africain, mais qui, cela s'entend, est aussi fait en bois. Benoît Bourque explique qu'il s'agit du txalaparta. Cet instrument traditionnel basque est fait de madriers de bois qu'on martèle à l'aide de pilons. Il est joué ici par deux spécialistes, Harkaitz Martinez de San Vicente et Irog Otxoa.

La Bottine cherche encore de nouvelles avenues musicales, mais elle ne se cherche plus. Sa cohésion d'ensemble est de loin supérieure à ce qu'on entendait sur J'ai jamais tant ri, disque enregistré dans la précipitation et publié en 2003. «En huit ans, tu as le temps de prendre du recul, dit Éric Beaudry. Beaucoup de recul.

«En fait, ce qui nous a gardés en vie, c'est ça: on l'avait commencé ce disque-là et on voulait le terminer», ajoute le guitariste et chanteur. Le temps a été long, mais il leur a donné raison.

Traditionnel

La Bottine Souriante

Appellation d'origine contrôlée

Borealis Records

Photo: Borealis Records

Appellation d'origine contrôlée de La Bottine Souriante.